Navigation – Plan du site

Géographie des comportements électoraux protestataires en Wallonie : une approche infra-communale à Charleroi et Mons

Geography of protest voting in Wallonia: an infracommunal approach in Charleroi and Mons
Geoffrey Pion
p. 153-168

Résumés

Cet article va tenter de démontrer l’apport de données infra-communales dans les études de géographie électorale en Belgique en se basant sur les cas de la géographie des comportements électoraux protestataires (abstention, votes blanc et nul et extrême droite). Après avoir fait un état de l’art concernant les comportements de vote étudiés, leurs électeurs et leurs géographies en Wallonie, on expliquera la méthode des bureaux de dépouillement qui permet de mettre en relation statistiquement au niveau infra-cantonal données électorales et socio-économiques. Cette méthode nous permettra de réaliser des analyses en composantes principales au sein des communes de Mons et Charleroi dans le but d’analyser les caractéristiques socio-économiques des territoires où l’un ou l’autre vote protestataire est important. Cette analyse statistique sera complétée par une cartographie infra-communale de l’abstention et de l’extrême droite à Charleroi et Mons, réalisée grâce à des données officieuses.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 On exclut ici de cette analyse les élections communales où les résultats sont disponibles évidemmen (...)

1“Le bureau de dépouillement procède au dépouillement dès qu’il est en possession de tous les plis qui lui sont destinés (...) Le président et l’un des membres du bureau, après avoir mêlé tous les bulletins que le bureau est chargé de dépouiller, les déplient et les classent...” (Code électoral – Articles 154 et 156 §1er). Voilà les instructions du Code électoral qui permettent au vote de rester secret en Belgique. Ces quelques phrases ambiguës ont établi un système qui empêche d’obtenir officiellement de la part du Ministère de l’Intérieur des statistiques électorales à une fine échelle, la plus petite étant le canton1. On en compte seulement 208 en Belgique : 103 en Flandre, 97 en Wallonie et 8 à Bruxelles. Près de 7,6 millions de Belges étant inscrits sur les listes électorales lors de la dernière échéance électorale en juin 2007, un canton représente en moyenne 36 500 électeurs potentiels. Dans les faits il n’y a pas d’équivalence démographique entre ces cantons, le plus petit en termes d’électeurs en compte moins de 1 500 à Fauvillers et le plus grand près de 340 000 à Anvers. Cette différence remarquable et l’imprécision des données électorales officielles du Ministère de l’Intérieur restreignent donc considérablement les études possibles et leur précision.

2Or plus la taille des entités considérées dans une étude de géographie électorale est importante, moins les relations visuelles ou statistiques constatées fournissent des observations fiables, ce qu’on nomme cross level fallacy (Robinson, 1950). Ainsi plus l’entité géographique considérée est vaste plus elle a de chances d’être hétérogène géographiquement, socio-économiquement et politiquement. Par contre, plus les entités considérées sont restreintes, plus elles ont de chances d’être homogènes. Une telle précision permet de limiter l’erreur écologique “qui est imputable à une simple correspondance spatiale, liée au hasard qu’on cherche indûment à interpréter” (Bussi & Badariotti, 2004). Il y a donc un intérêt certain à disposer de données électorales les plus précises possibles.

Objectifs

3On tentera dans cet article d’esquisser une géographie des votes protestataires en Wallonie sur la base d’une étude à un niveau très local au sein des communes hennuyères de Charleroi et Mons, en vue de montrer l’apport des données électorales précises pour la géographie électorale belge. On reviendra tout d’abord sur les aspects théoriques du vote protestataire, ses composantes, ses géographies et les motivations des personnes ayant ces comportements de vote. Ensuite on développera les moyens d’obtenir des données infra-cantonales et notamment via la méthode des bureaux de dépouillement qui nous permettra d’effectuer des traitements statistiques au sein des cantons. Puis on analysera les géographies de l’abstention et du vote extrême droite à Charleroi et Mons sur base de statistiques électorales non-officielles fournies par des mandataires locaux. Enfin on tentera d’appuyer nos conclusions au niveau cartographique par une analyse statistique multivariée à Charleroi sur base des données infra-cantonales déterminées grâce à la méthode des bureaux de dépouillement.

Cadre théorique

Définitions des comportements de vote étudiés

4La mise en relation des votes extrémistes de droite et du non-vote s’explique par le fait qu’ils sont souvent considérés (parfois avec l’extrême gauche) comme des votes de rejet du monde politique en Wallonie.

5De nombreux débats entourent la notion d’extrême droite en Europe et la classification de tel ou tel parti comme faisant partie de ce courant idéologique. Il en ressort généralement que les partis d’extrême droite ont en commun le nationalisme, la xénophobie et le maintien de la loi et de l’ordre (Bobbio, 1995 ; Mudde, 2001 ; Backes, 2004). Vandermotten & Vandeburie (2006) ont proposé une classification des partis européens de droite réactionnaire et extrême qui va des partis poujadistes à ceux d’extrême droite autoritaire. Les partis à droite de l’échiquier politique belge francophone sont souvent classés dans cette dernière catégorie (Alaluf, 1996). Le vote extrême droite en Wallonie depuis une quinzaine d’années regroupe un amas de partis dont le plus important en terme de résultats électoraux, de continuité électorale et de mandataires est le Front National (FN). De nombreux autres petits partis, souvent des dissidences du FN, se sont présentés sur la période à l’une ou l’autre élection comme le FNB, Force Nationale, Nation ou encore AGIR mais la plupart n’ont connu qu’une vie éphémère et des résultats insignifiants (Delwit et al., 1998 ; Blaise, 2004).

6Le non-vote quant à lui se scinde en deux composantes : l’abstention électorale et le vote blanc et nul. L’abstention se divise elle même moitié-moitié entre abstention volontaire et involontaire (De Winter et al., 2003, p. 56). L’abstention volontaire résulterait d’un manque d’intérêt pour la politique, un refus de voter, un oubli ou une méconnaissance du jeu politique alors que l’abstention involontaire serait la conséquence d’une hospitalisation, de la vieillesse ou d’un travail à l’étranger qui empêcherait de se rendre au bureau de vote (Bréchon, 2004). Le vote blanc et nul quant à lui se répartit entre vote blanc qui est le fait de rendre un bulletin vierge de toute trace de vote et vote nul qui correspond à un vote contraire au règlement électoral, issu d’une erreur de vote ou d’inscriptions volontairement ajoutées sur le bulletin (Code électoral – Article 157). Dans notre analyse du vote rejet, on considère que l’abstention volontaire, le vote blanc et le vote nul sont des signes manifestes de protestation vis-à-vis de la politique.

Caractéristiques des populations électorales concernées

  • 2 En Flandre les travaux de M. Swyngedouw (1989), J. Billiet (1998) ou encore N. Rink et al. (2008) o (...)

7La caractéristique des électeurs d’extrême droite et de ceux s’abstenant ou votant blanc et nul est qu’ils sont mal connus en Belgique francophone2. D’un côté, le vote étant obligatoire en Belgique, l’abstention est souvent considérée comme un phénomène marginal. De l’autre côté, l’extrême droite francophone de par les faibles intentions de vote en sa faveur qui empêchent d’avoir un échantillon significatif sur l’ensemble de la Belgique francophone (Delwit, 2007, p. 156), sa discontinuité électorale dans le temps et dans l’espace et ses multiples dissidences empêchent au monde scientifique d’avoir une idée précise concernant ses électeurs. Quant au vote blanc et nul, il n’a quasiment pas été étudié en Belgique et le profil des personnes faisant ce choix ou une erreur de vote est encore moins esquissé.

8L’électeur d’extrême droite en Wallonie et à Bruxelles a été déterminé sur base de quelques études comme étant essentiellement masculin, provenant des classes moyennes inférieures et ayant un niveau d’éducation faible (Blaise, 2004 ; Delwit, 2007). Ces caractéristiques socio-économiques laissent à penser selon Delwit que la notion d’ouvriéro-lepénisme déterminée en France (Perrineau, 1988) est applicable à la Belgique francophone, en particulier en Wallonie. Par ailleurs, l’électeur Front National est majoritairement attaché à l’unité du pays, sensible à la question de l’immigration et réclame plus d’ordre dans la société (Blaise, 2004 ; Delwit, 2007). Il se positionne largement à gauche de l’axe gauche-droite en ce qui concerne les questions socio-économiques mais très à droite à propos de celles de société. Pour résumer, le Front National belge est considéré comme ayant un électorat “anxious and feel trapped in a difficult social situation (...) essentially protesters” (Delwit, 2007, p. 61). Les politologues belges francophones considèrent donc que le rejet et la protestation vis à vis du monde politique sont des motifs essentiels pour comprendre les raisons de voter en faveur des partis d’extrême droite en Wallonie.

9Les caractéristiques socio-économiques et les motivations des personnes s’abstenant ou votant blanc et nul sont quant à elles beaucoup plus mal déterminées que pour le vote d’extrême droite. Au début des années 90, des chercheurs ont montré la relation entre le fait d’être isolé et de ressentir une impuissance politique et celui de ne pas déposer un vote valable (De Winter & Ackaert, 1991). D’autres ont établi qu’il fallait trouver dans le vieillissement de la population une explication à l’augmentation de l’abstentionnisme pour raisons médicales ou d’immobilité (De Winter et al., 2003). Plus récemment enfin, Geys & Heyndels ont déterminé en Flandre, que plus le nombre de partis est important dans une élection communale, plus les électeurs se rendent aux urnes, montrant ainsi que la fragmentation politique a un effet déterminant sur l’abstention (Geys & Heyndels, 2006). Les études théoriques sur le non-vote en Belgique sont donc très maigres et ne permettent pas d’esquisser un véritable profil de ce type d’électorat.

10Ces éléments théoriques sur les personnes s’abstenant, votant blanc et nul ou extrême droite nous serviront néanmoins au moment de déterminer les choix des variables socio-économiques à relier statistiquement aux comportements de vote.

Géographie électorale des comportements électoraux protestataires en Belgique

11La géographie électorale du non-vote et surtout de l’extrême droite en Belgique est relativement bien suivie à l’échelle nationale. Les publications traitant de l’espace politique belge (Vandermotten et al., 2001 ; Vandermotten et al., 2007), du Vlaams Belang (De Maesschalk, 2000 ; De Maesschalk & Loopmans, 2003) où de la géographie politique bruxelloise (Vander­motten & Vanlaer, 1992 ; De Borman et al., 2001) sont nombreuses. Mais jusqu’alors et à notre connaissance, peu d’études électorales ont été réalisées au niveau infra-communal. Par ordre chronologique, on citera le travail de Noël (1979) en statistique électorale à Mons et les recherches en géographie électorale de Swyngedouw (1989) sur le Vlaams Blok à Anvers et Van der Haegen (2001) sur Louvain. Toutes ces publications ont pu être réalisées grâce à des données non-officielles fournies par des mandataires ou des groupes politiques locaux.

12La géographie des comportements de vote protestataires est relativement polarisée au niveau de la Région wallonne. Le vote extrême droite y est avant tout urbain et important dans le sillon wallon particulièrement dans le Hainaut entre Boussu et Châtelet. Alors qu’au milieu des années nonante, deux coeurs de l’extrême droite pouvaient être localisés (l’est du Hainaut d’un côté, la région liégeoise et verviétoise de l’autre), aujourd’hui Charleroi est véritablement l’unique centre du vote extrême droite en Wallonie (Vandermotten et al., 2007 ; Pion, 2008). L’abstention quant à elle est maximale dans les principales villes (Liège, Charleroi, Mons, Verviers, Tournai, Namur) et tend à augmenter ces dernières années (Vandermotten et al., 2007). Enfin le vote blanc et nul est particulièrement important sur une large frange périphérique, le long des frontières. Il est supérieur à 15 % des votes exprimés en communauté germanophone et à Mouscron-Comines Warneton ainsi que dans la région d’Arlon (Pion, 2008).

Présentation des communes de Charleroi et Mons

13Charleroi est une ville de 200 000 habitants, dont 132 000 électeurs, située à l’est de la province du Hainaut. Ville pionnière, coeur du Pays Noir et symbole de l’industrialisation de la Wallonie au XIXe siècle, Charleroi subit depuis un demi-siècle les durs contrecoups de la désindustrialisation progressive de la région. La ville, qui traîne une mauvaise réputation en Belgique, connaît des difficultés socio-économiques importantes avec un fort taux de chômage, près de 35 % des actifs dans certains quartiers, une paupérisation de sa population et un habitat vieilli et souvent délabré (Vandermotten et al., 2006). Elle comporte 15 anciennes communes en son sein, toutes considérées comme urbaines au moment du regroupement de communes en 1977 (Vandermotten et al., 2007). La ville était gouvernée de façon quasi hégémonique depuis des dizaines d’années par les socialistes mais depuis 2007, un bourgmestre démocrate chrétien a pris le relais suite aux mises en examen qui ont touché certains responsables communaux socialistes. Le vote protestataire (abstention, vote blanc et nul et extrême droite) représentait aux élections fédérales de juin 2007 près de 36 % des inscrits, ce qui fait de Charleroi le canton le plus “protestataire” de Wallonie.

14La ville de Mons quant à elle est le chef lieu de la province du Hainaut. Elle compte près de 95 000 habitants, dont quasiment 62 000 électeurs. Au contraire de Charleroi, Mons est une ville hétérogène comprenant un centre historique, des anciennes communes urbaines désindustrialisées faisant partie du bassin borain, comme Cuesmes et Jemappes à l’ouest, et des toutes petites anciennes communes rurales au sud telles que Saint-Symphorien ou Harmignies. Cette hétérogénéité de la ville est aussi bien géographique que socio-économique. Le nombre d’inscrits va de 250 à Nouvelles à 20 000 à Mons et cette dernière ancienne commune concentre près d’1/3 des inscrits de l’entité. La différence de poids entre anciennes communes montoises ainsi que l’importance démographique de la ville centre sont donc beaucoup plus marquées à Mons qu’à Charleroi. Ici aussi la ville est gérée depuis le regroupement de commune en 1977 par le PS. Les personnes ayant un comportement de vote protestataire représentent environ 29 % des inscrits, score parmi les plus élevés de la Région wallonne.

Méthodologie

  • 3 On utilisera donc indifféremment infra-cantonal ou infra-communal.

15Afin de comprendre sur quelles données nous avons travaillé, nous allons voir comment se prépare et se dépouille le vote. La préparation du vote se passe ainsi (Figure 1) : on a des cantons électoraux qui comprennent une ou plusieurs communes qui elles mêmes sont des regroupements d’anciennes communes suite au regroupement communal de 1977. Dans notre cas, les cantons de Mons et Charleroi ne comprennent que la seule commune du même nom3. Au niveau des anciennes communes, les électeurs inscrits sur les listes électorales sont répartis en bureaux de vote (Code électoral – Article 91). Les zones de chalandise des bureaux de vote peuvent être déterminées de façon géographique ou alphabétique (par nom d’électeur ou nom de rue). Lors du dépouillement du vote, les bureaux de vote sont regroupés par deux, trois ou quatre dans un bureau de dépouillement (Code électoral – Article 156 §1er), puis sont dépouillés en ayant été préalablement mélangés. La répartition des bureaux de vote en bureaux de dépouillement est tirée au sort (Code électoral – Article 150). Les résultats des bureaux de dépouillement sont agrégés au niveau du canton, plus petit niveau spatial auquel le Ministère de l’Intérieur diffuse les résultats. Ces démarches ne concernent que le vote manuel traditionnel, majoritaire en Wallonie, où seuls l’arrondissement de Liège, la communauté germanophone et les cantons de Chimay, Lens, Frasnes lez Anvaing et Durbuy votent électroniquement.

Figure 1. Préparation et dépouillement du vote manuel en Belgique.

Figure 1. Préparation et dépouillement du vote manuel en Belgique.

16Dans le cadre de cette étude, on a pu disposer de données électorales au niveau des anciennes communes, fournies par des mandataires communaux. Ils les ont obtenues selon toute vraisemblance suite au non-mélange des urnes lors du dépouillement. Cette pratique illégale mais courante s’explique principalement par la peur d’erreurs de comptage plus faciles à rattraper si les urnes n’ont pas été mélangées (Noël, 1979). Par ailleurs, lors de la consultation de procès-verbaux de bureaux de vote, on a pu connaître le nombre de bulletins retrouvés dans chaque urne. On a pu ainsi déterminer le taux d’abstention électorale grâce aux statistiques des inscrits fournies par les administrations communales au niveau du bureau de vote.

17Mais ces données officieuses sont très incomplètes et leur obtention dépend du bon vouloir des élus. Pour éviter cette dépendance, on a développé une méthode de désagrégation des données existantes. La méthode des bureaux de dépouillement (Figure 2) consiste à tenter d’estimer les caractéristiques socio-économiques des électeurs d’un bureau de dépouillement en se basant sur la localisation de leur bureau de vote. Sur la Figure 2, on a pris l’exemple d’estimer le pourcentage d’actifs d’un bureau de dépouillement dans lequel un bureau de vote vient d’une ancienne commune 1 (AC1), un autre d’une ancienne commune 2 (AC2) et le dernier d’une ancienne commune 3 (AC3). Pour estimer le pourcentage d’actifs du bureau de dépouillement 1 (BD1), on prend une fois le pourcentage d’actifs de l’ancienne commune 1 multiplié par le rapport (y1) entre votes exprimés du bureau de vote 1 (BV1) et le total des votes exprimés dans le bureau de dépouillement 1 (BD1), et on fait de même pour les deux autres bureaux de vote. On additionne les trois résultats et on obtient ainsi une estimation du pourcentage d’actifs du bureau de dépouillement 1. Quand l’opération a été réalisée pour chacun des bureaux de dépouillement d’un canton et pour chacune des variables externes utiles, on peut mettre en relation statistiquement, par l’intermédiaire des coefficients de corrélation, des données électorales et socio-économiques à un niveau infra-cantonal et lancer des études statistiques plus complexes de type régression multiple ou analyse factorielle.

Figure 2. La méthode des bureaux de dépouillement.

Figure 2. La méthode des bureaux de dépouillement.

18Cette méthode implique un postulat de départ essentiel à savoir que les données socio-économiques de la zone de chalandise d’un bureau de vote sont proches de celle de l’entité (ici l’ancienne commune) à laquelle il appartient. Cette méthode, malgré la cohérence des résultats obtenus jusqu’alors souffre de limites. Tout d’abord il convient de noter qu’elle est plus efficace et valable dans les cantons socio-économiquement et géographiquement hétérogènes. En effet, la moyennisation opérée est moins sensible dans un canton où les anciennes communes ont des caractéristiques socio-économiques relativement différentes. Ensuite, elle est plus fiable dans des communes où le mode de répartition des électeurs en bureau de vote est alphabétique. Ainsi on se rapproche d’un échantillonnage aléatoire simple (Beguin, 1979) au sein de l’entité particulièrement si la répartition est faite par nom d’électeur. Par ailleurs, il est important de rappeler qu’elle n’apporte pas de données supplémentaires d’ordre géographique. Malgré l’impossibilité de fait de cartographier des résidus de régression ou des scores factoriels issus d’une analyse factorielle, on utilisera à la fois des coefficients de corrélation simples et une analyse en composantes principales.

Cas d'étude

19Notre cas d’étude porte donc sur la géographie du vote de rejet (extrême droite et non-vote) en Wallonie sur la période 2003-2007, dates pour lesquelles on a obtenu des données infra-cantonales.

Données

20Nous avons obtenu plusieurs types de données infra-cantonales qu’on peut séparer en deux types. D’une part on a les données non-officielles fournies par des conseillers communaux locaux (FN pour les élections fédérales 2003 et régionales 2004 à Charleroi et FN pour les élections communales 2006 à Mons) au niveau des anciennes communes. D’autre part, on a recueilli des statistiques officielles qui nous ont permis de déterminer le taux d’abstention pour les deux communes par bureau de vote (agrégé au niveau des anciennes communes) et d’obtenir grâce à la méthode des bureaux de dépouillement des données au niveau des bureaux de dépouillement.

Analyse Cartographique

  • 4 Information donnée par Luc Parmentier, conseiller communal Ecolo à Charleroi, lors d’une interview (...)

21Les premières conclusions que fournissent ces données électorales sont d’ordre cartographique. Sur la Figure 3, on observe une géographie électorale contrastée du vote FN à l’intérieur des communes de Charleroi et de Mons. Dans la commune carolorégienne, le FN réalise ses meilleurs résultats aux élections fédérales 2003 dans les anciennes communes très défavorisées du centre de l’entité (La Docherie, Dampremy, Lodelinsart) où il atteint près de 16 % des votes valables (moyenne communale : 13,5 %). A l’inverse, le vote FN est minimal dans le sud de l’entité à Marcinelle et Mont-sur-Marchienne avec moins de 10 % des votes valables. Lors des élections régionales 2004 qui représentent le pic du vote extrême droite en Wallonie depuis l’apparition de ces partis dans les années 80, le FN a largement amélioré ses scores dans toute la commune de Charleroi (moyenne communale : 16,5 %) et particulièrement dans les anciennes communes au nord-est de l’entité autour de l’aéroport de Bruxelles-Charleroi (Gosselies, Ransart et Jumet). Ecolo n’ayant pas eu les moyens financiers et humains de faire campagne sur les nuisances sonores autour de l’aéroport à l’occasion de ces élections, le FN en a profité pour récupérer le sujet et y a réalisé ses meilleurs scores, à Ransart notamment (19,5 %)4. A Mons le vote FN aux dernières élections communales d’octobre 2006 provient des communes en difficulté de l’ouest et du nord de l’entité, notamment Jemappes et Cuesmes (11-12 %). A l’inverse, les résultats de la liste FN sont très faibles (moins de 5 %) dans tout le sud de la commune où l’on retrouve des petites anciennes communes rurales. La moyenne communale était alors de 8,3 % ce qui avait permis au Front National de faire élire 3 conseillers communaux. L’abstention électorale quant à elle se concentre essentiellement aux élections fédérales 2007 dans les centres des deux communes. A Charleroi comme à Mons, c’est là qu’elle est la plus importante (respectivement 17,5 et 16,5 %). En second lieu, elle est forte dans la commune carolorégienne à Marchienne-au-Pont et dans le nord de l’entité ; à Mons dans les anciennes communes de l’ouest. Par contre l’abstention tourne à Charleroi seulement autour de 10 % dans les anciennes communes du centre-ouest (La Docherie, Dampremy et Goutroux) contre une moyenne communale de 12,5 %. A Mons, c’est dans les petites anciennes communes du sud qu’elle est la moins marquée, inférieure à 6 %, alors que la moyenne communale atteint les 11,5 %.

Figure 3. Le vote extrême droite à Mons et Charleroi (2003-2006).

Figure 3. Le vote extrême droite à Mons et Charleroi (2003-2006).

22Les votes FN et l’abstention électorale ne sont donc pas également repartis sur le territoire des communes de Charleroi et de Mons. L’extrême droite réussit de bons scores dans les territoires les plus paupérisés alors que l’absentéisme électoral est particulièrement concentré dans les villes-centres des entités montoise et carolorégienne. A Mons, les riches anciennes communes rurales aujourd’hui périurbanisées sont les zones de faiblesse à la fois de l’abstention et du vote Front National, ce qui est aussi le cas à Charleroi cette fois ci dans les anciennes communes les plus aisées du sud de l’entité.

Figure 4. L’abstention électorale à Mons et Charleroi (Fédérales 2007).

Figure 4. L’abstention électorale à Mons et Charleroi (Fédérales 2007).

Analyse Statistique

  • 5 Nous n’avons aucune information spatialisable pour le vote blanc et nul.

23Outre une cartographie infra-communale, les données électorales disponibles nous permettent de mettre en relation la géographie de comportements électoraux avec celle de déterminants socio-économiques au sein des cantons. Dans le Tableau 1, on a repris les coefficient de corrélation r de Pearson entre comportements de vote protestataires et quelques données socio-économiques pour les données dont on dispose au niveau des anciennes communes5. Il apparaît qu’à Charleroi comme à Mons la majorité des coefficients de corrélation sont non significatifs au niveau de confiance 0,05. Seuls les déterminants sociaux relatifs à des populations en difficulté sont significativement liés au vote d’extrême droite à Mons (0,66 avec les chômeurs, -0,77 avec le revenu médian et 0,45 avec les étrangers). Quant à la relation entre géographies de l’abstention et de l’extrême droite, elle diffère très nettement selon la commune ; négative à Charleroi (-0,56) et positive à Mons (0,48).

Tableau 1. Relations statistiques entre vote d’extrême droite, abstention électorale et une série de données socio-économiques et électorales (2003-2007).

Coefficient de corrélation

Charleroi

Mons

Abstention (Féd. 2007)

Extrême Droite (Féd. 2003)

Abstention (Féd. 2007)

Extrême Droite (Com. 2006)

Etrangers

0,26

0,24

0,34

0,45*

Propriétaires

-0,44

0,2

-0,52

-0,46*

Logements sociaux

-0,16

0,04

-0,24

0,53*

Personnes isolées

0,43

-0,24

0,75

0,33

Chômeurs

0,22

0,37

-0,38

0,66*

Revenu médian

-0,24

-0,35

-0,67

-0,77*

Blanc & Nul

-

-

-

-

Abstention

-

-0,56*

-

-

*significatif au niveau de confiance 0,05

24Ces coefficients de corrélation de Pearson ne sont donc pas suffisants, du fait que les variables socio-économiques et électorales sont corrélées entre elles et que le nombre d’observations est faible à l’intérieur des cantons. Il faut ainsi procéder à une analyse multivariée de type ACP pour pouvoir aller plus loin dans l’analyse des relations entre géographie du vote protestataire et données socio-économiques. Cette ACP a été réalisée dans les deux cantons de Mons et Charleroi pour approcher au plus près ces phénomènes socio-spatiaux. On a utilisé les variables socio-économiques en tant que variables actives et les données électorales comme variables supplémentaires afin de pouvoir visualiser leurs coordonnées dans le plan factoriel. Les observations ne sont plus les anciennes communes comme dans le Tableau 1 mais les bureaux de dépouillement, ce qui permet d’accroître significativement le nombre d’observations (de 16 anciennes communes à 62 bureaux de dépouillement à Charleroi ; 18 à 31 à Mons).

25A Charleroi, les deux premiers facteurs sortis par l’ACP expliquent près de 78 % de la variance totale. Le Facteur 1 (F1) qui reprend 52 % de la variance, symbolise l’opposition entre territoires aisés (revenu moyen, habitat récent, actifs, propriétaires) et défavorisés (chômeurs, densité, étrangers visibles, isolés) tandis que le Facteur 2 (25,7 % de la variance totale) rend compte des différences entre anciennes communes périphériques (Italiens, logements sociaux, habitat vieilli, couples) et centrales (pensionnés, actifs, isolés, densité). Les trois comportements de vote de type protestataire sont tous présents du même côté sur l’axe F1 (Figure 5) mais sont dans des directions opposées sur l’axe F2. Alors que l’abstention est dans le quart supérieur gauche, ce qui symbolise l’importance de l’abstention électorale dans les territoires centraux et densément peuplés, les votes blanc et nul et d’extrême droite sont eux situés à proximité l’un de l’autre dans le quart inférieur gauche. L’inscription de ces votes dans cette partie du plan factoriel renvoie aux anciennes communes en proche périphérie, les plus défavorisées, où la situation socio-économique est difficile et la présence d’étrangers “visibles” importante. La localisation de l’abstention se retrouve quant à elle dans des territoires proches des précédents mais plus centraux, où la densité de population est forte.

Figure 5. Premiers plans factoriels des ACP à Charleroi et Mons.

Figure 5. Premiers plans factoriels des ACP à Charleroi et Mons.
  • 6 Qui correspond au quart inférieur gauche dans la Figure 5.

26Au sein du canton de Mons, les résultats obtenus sont un peu différents. Les deux premiers facteurs expliquent ici 68,9 % de la variance totale (F1 = 47,9 % et F2 = 21 %). F1 marque l’opposition entre territoires urbains denses concentrant les personnes isolées, les étrangers visibles, les chômeurs et les pensionnés à droite et les territoires ruraux à gauche. Le Facteur 2 quant à lui reprend la distinction entre territoires aisés en bas et défavorisés en haut. La signification des facteurs est donc relativement proche de celle à Charleroi même si elle est plus claire ici. En effet, l’hétérogénéité de l’entité montoise combinée à la taille de Mons-centre qui concentre près d’un tiers des inscrits du canton permet de rendre les facteurs encore plus lisibles qu’à Charleroi. Mais en ce qui concerne la localisation des variables supplémentaires que sont les données électorales, on constate qu’elles ne sont pas situées de la même manière qu’à Charleroi. Les variables extrême droite et vote blanc et nul sont toujours proches l’une de l’autre dans le quart supérieur gauche6, marquant le fait que les anciennes communes où ces comportements de vote sont importants sont des communes en difficulté présentant un caractère à mi chemin entre le rural et l’urbain. L’abstention par contre se situe au milieu des variables relatives au centre urbain et aux populations extra-communautaires dans le quart inférieur droit du plan factoriel.

27Ces observations statistiques viennent donc confirmer par les chiffres les conclusions réalisées grâce à la spatialisation des données officieuses dont nous disposions. Elles permettent aussi de mieux percevoir les différences de géographies au sein des cantons de Mons et Charleroi.

Conclusion

28On a donc tenté dans cet article d’expliquer et de démontrer l’utilité et l’apport de données électorales précises dans une étude de géographie électorale en Belgique. Nous avons montré que l’obtention de données infra-communales est possible par le biais de mandataires politiques ou par l’analyse de procès-verbaux de bureaux de vote et de dépouillement. Ces dernières informations permettent ainsi de reconstruire des données au niveau des bureaux de dépouillement grâce à la méthode des bureaux de dépouillement. Possible ne signifie évidemment pas aisé ; patience et obstination sont nécessaires pour obtenir des statistiques électorales de ce type.

29Ces statistiques électorales originales ont permis de traiter de la géographie du vote protestataire à une échelle locale, très rarement étudiée jusqu’alors en Belgique. En mettant en relation trois comportements électoraux qui représentent dans ces communes entre 30 et 35 % des électeurs inscrits, on a montré les traits saillants de leurs géographies infra-communales. Alors qu’à un niveau régional les votes blanc et nul et d’extrême droite ont des zones de forces différentes, voire opposées, à l’échelle du canton, leurs géographies sont très proches. Ces votes proviennent de territoires semi-périphériques défavorisés au sein des cantons de Charleroi et Mons, où l’habitat est vieilli, la présence d’Italiens et de logements sociaux importante. L’abstention électorale, elle, est surtout importante dans les centres villes des deux communes, sachant qu’elle provient de quartiers plus aisés à Mons qu’à Charleroi. A l’échelle régionale pourtant, la géographie de l’abstention est plus proche de celle de l’extrême droite que du vote blanc et nul. En réalisant un changement d’échelle, on s’aperçoit que les proximités géographiques entre comportements de vote protestataires changent.

30Les données infra-communales et la méthode des bureaux de dépouillement apportent donc de nouvelles possibilités qu’il importe d’explorer pour la géographie électorale belge. Ses limites incitent cependant à la tester dans des territoires différents et à des échelles variées. De même, des analyses temporelles permettraient d’éviter les erreurs d’interprétation imputables aux phénomènes conjoncturels. Il s’agit pour le moment d’une étude exploratoire qui mériterait d’être généralisée et testée dans le temps et l’espace.

Haut de page

Bibliographie

ALALUF M. (1998), “L’émergence du Front National en Belgique est plus redevable aux circonstances qu’à son programme”, in DELWIT P., DE WAELE J.-M. & REA A., L’extrême droite en France et en Belgique, Bruxelles, Complexe, pp. 101-118.

BACKES U. (2004), “L’extrême droite : les multiples facettes d’une catégorie d’analyse”, in Blaise P. & Moreau P. (dir.), Extrême droite et national populisme en Europe de l’Ouest, Bruxelles, CRISP, pp. 445-465.

BEGUIN H. (1979), Méthodes d’analyse géographique quantitative, Paris, Librairies Techniques.

BILLIET J. (1998), “Qui vote pour le Vlaams Blok ?”, in DELWIT P., DE WAELE J.-M. & REA A., L’extrême droite en France et en Belgique, Bruxelles, Complexe, pp. 181-201.

BLAISE P. (2004), “L’extrême droite francophone. Dissensions internes, faiblesse structurelle et instabilité électorale”, Extrême droite et national populisme en Europe de l’Ouest, CRISP, Bruxelles, pp. 149-177.

BOBBIO N. (1995, 2e éd.), Droite et gauche : Essai sur une distinction politique, Paris, Seuil.

BRECHON P. (2004), La France aux urnes : soixante ans d’histoire électorale, Paris, La documentation française.

BUSSI M. & BADARIOTTI D. (2004), Pour une nouvelle géographie du politique : Territoire – Démocratie – Élections, Anthropos, Paris.

CODE ELECTORAL, Articles 91, 150, 154, 156 & 157.

DELWIT P. (2007), “The Belgian National Front and the questions of power”, Extrême droite et pouvoir en Europe, Éditions de l’ULB, Bruxelles, pp. 141-166.

DELWIT P., DE WAELE J.-M., REA A. (1998), “Les étapes de l’extrême droite en Belgique”, in DELWIT P., DE WAELE J.-M. & REA A. L’extrême droite en France et en Belgique, Complexe, Bruxelles, pp. 57-84.

DE BORMAN L., DOBRUSZKES F., MARISSAL P. (2001), “Analyse socio-spatiale du lieu de résidence des élus communaux à Bruxelles et en périphérie”, Belgeo, 1-2, pp. 63-76.

DE MAESSCHALCK F. (2000), “Electorale geografie van het Vlaams Blok. De Ruimtelijke evolutie van de verkiezingsuitslagen van 1981 tot en met 1995” De Aardrijkskunde, 24, 1-2, pp. 21-36.

DE MAESSCHALCK F. & LOOPMANS M. (2003), “Electoral geography and manifestoes of new ‘urban’ parties from 1977 to 1999: how urban are they really?”, Belgeo, 3, pp. 329-341.

DE WINTER L. & ACKAERT J. (1994), “Le non-vote en Wallonie”, in Frognier A.P., Aish-Van Vaerenbergh A.M., Élections : la fêlure ? Enquête sur le comportement des Wallons et des francophones, Bruxelles, De Boeck Université.

DE WINTER L., DUMONT P., ACKAERT J. (2003), “La participation électorale réelle et potentielle : des vertus du vote obligatoire”, Élections la rupture ? Le comportement des belges face aux élections de 1999, Bruxelles, De Boeck, pp. 54-69.

GEYS B. & HEYNDELS B. (2006), "Disentangling the effects of political fragmentation on voter turnout: the flemish municipal elections", Economics & Politics, 18, 3, pp. 367-387.

MUDDE C. (2001), “Expliquer le succès de l’extrême droite”, Politique, Bruxelles, n° 21, novembre.

NOËL G. (1979), “Étude statistique des comportements électoraux montois”, Cahiers Marxistes, 58, pp. 10-24.

PERRINEAU P. (1988), “Front National, l‘écho politique de l’anomie urbaine”, Esprit, pp. 22-38.

PION G. (2008), Géographie électorale du non-vote et de l’extrême droite en Wallonie : Une étude de cas au niveau régional et infra-communal, mémoire de Master en Sciences Géographiques, Université Libre de Bruxelles, inédit.

RINK N., PHALET K., SWYNGEDOUW M. (2008). “The effects of immigrant population size, unemployment, and individual characteristics on voting for the Vlaams Blok in Flanders 1991-1999”, European sociological review, pp. 1-14.

ROBINSON W.S. (1950), “Ecological correlation and the behavior of individuals”, American Sociological Review, 15, pp. 351-357.

SWYNGEDOUW M. (1989), De keuze van de kiezer : naar een verbetering van de schattingen van verschuivingen en partijvoorkeur bij opeenvolgende verkiezingen en peilingen, Nieuwe reeks van doctoraten in de sociale wetenschappen, KUL, Leuven.

VANDERMOTTEN C. & VANLAER J. (1992), “Immigration et vote d’extrême droite en Europe occidentale et en Belgique”, Cahiers Marxistes, 183, pp. 52-71.

VANDERMOTTEN C., MARISSAL P., VAN HAMME G., KESTELOOT C., SLEGERS K., VANDEN BROUCKE L., IPPERSIEL B., DE BETHUNE S. & NAIKEN R. (2006), Analyse dynamique des quartiers en difficulté dans les régions urbaines belges, Politique des grandes villes, Bruxelles.

VANDERMOTTEN C., MARISSAL P., MEDINA LOCKHART P., VAN HAMME G. et la collaboration de DUPONT C., HERSSENS H., KESTELOOT C. & SAEY P. (2007), Atlas de Belgique. 1. Géographie politique, Gent, Academia Press, Commission de l’Atlas du Comité National de Géographie, Politique scientifique fédérale.

VANDERMOTTEN C., DECROLY J.M., DESSOUROUX C. & ROUYET Y. (2001), “Permanences et ruptures dans la géographie électorale de la Belgique”, Belgeo, 1-2, pp. 7-39.

VAN DER HAEGEN H. (2001), “Ruimtelijke differentatie in het kiesgedrag van een stedelijke bevolking : De Leuvense verkiezingen 1987-1995”, Belgeo, 1-2, pp. 77-91.

Haut de page

Notes

1 On exclut ici de cette analyse les élections communales où les résultats sont disponibles évidemment au niveau communal.

2 En Flandre les travaux de M. Swyngedouw (1989), J. Billiet (1998) ou encore N. Rink et al. (2008) ont permis de beaucoup mieux cerner l’électorat du Vlaams Blok que celui des nombreuses formations populistes francophones.

3 On utilisera donc indifféremment infra-cantonal ou infra-communal.

4 Information donnée par Luc Parmentier, conseiller communal Ecolo à Charleroi, lors d’une interview en juillet 2007.

5 Nous n’avons aucune information spatialisable pour le vote blanc et nul.

6 Qui correspond au quart inférieur gauche dans la Figure 5.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Préparation et dépouillement du vote manuel en Belgique.
URL http://belgeo.revues.org/docannexe/image/8743/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Figure 2. La méthode des bureaux de dépouillement.
URL http://belgeo.revues.org/docannexe/image/8743/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Figure 3. Le vote extrême droite à Mons et Charleroi (2003-2006).
URL http://belgeo.revues.org/docannexe/image/8743/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Figure 4. L’abstention électorale à Mons et Charleroi (Fédérales 2007).
URL http://belgeo.revues.org/docannexe/image/8743/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Figure 5. Premiers plans factoriels des ACP à Charleroi et Mons.
URL http://belgeo.revues.org/docannexe/image/8743/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Geoffrey Pion, « Géographie des comportements électoraux protestataires en Wallonie : une approche infra-communale à Charleroi et Mons », Belgeo, 2 | 2009, 153-168.

Référence électronique

Geoffrey Pion, « Géographie des comportements électoraux protestataires en Wallonie : une approche infra-communale à Charleroi et Mons », Belgeo [En ligne], 2 | 2009, mis en ligne le 21 mai 2013, consulté le 25 mars 2017. URL : http://belgeo.revues.org/8743 ; DOI : 10.4000/belgeo.8743

Haut de page

Auteur

Geoffrey Pion

Université Libre de Bruxelles, geofpion@ulb.ac.be

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Belgeo est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Fondation Universitaire/Universitaire Stichting
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique - FNRS
  • Logo National Comittee of Geography
  • Logo SRBG
  • Revues.org