Navigation – Plan du site
Comptes rendus – Book review

S. Dubois, La révolution géographique en Belgique. Départementalisation, administration et représentations du territoire de la fin du XVIIIe siècle au début du XIXe siècle

Académie royale de Belgique, Mémoire de la Classe des Lettres, Collection in-8°, 3e série, Tome XLVIII, n°2056, 2008, 335 p.
Henri Nicolaï
Référence(s) :

S. Dubois, La révolution géographique en Belgique. Départementalisation, administration et représentations du territoire de la fin du XVIIIe siècle au début du XIXe siècle, Académie royale de Belgique, Mémoire de la Classe des Lettres, Collection in-8°, 3e série, Tome XLVIII, n°2056, 2008, 335 p.

Texte intégral

1La révolution géographique, objet du livre de Sébastien Dubois, c’est le passage d’une organisation territoriale d’ancien régime, avec ses multiples seigneuries, châtellenies et autres circonscriptions, imbriquées souvent les unes dans les autres, à une organisation rationnelle en départements et cantons. Ce passage a été perçu comme une révolution dès les débuts de sa réalisation. L’expression “révolution géographique” est en effet contemporaine de l’événement et même un peu antérieure en ce qui concerne la Belgique puisqu’elle a été utilisée par le publiciste François-Xavier de Feller, dans sa préface à l’édition 1791-1792 du Dictionnaire géographique dit du Vosgien. Il l’appliquait en fait à la départementalisation de la France qui venait d’être exécutée.

2Le livre de Sébastien Dubois étudie ainsi les principes généraux qui ont guidé les auteurs de la départementalisation, qu’il replace dans le cadre des philosophies et des idéologies de l’époque, ainsi que les débats qui l’ont accompagnée. Il comporte aussi un gros chapitre introductif de réflexions générales qui intéresseront beaucoup les géographes car il traite de l’évolution de la géographie historique depuis les années 1960 et en décrit le renouveau. Ainsi cette discipline se préoccupe tout particulièrement aujourd’hui de connaître comment les hommes se sont représenté et ont vécu leur espace.

3La création des départements date en Belgique de 1795 quand le territoire fut annexé à la France. Un département existait dès 1793, celui de Jemappes, c’est-à-dire le Hainaut, qui avait déjà été annexé. Un des caractères principaux de la départementalisation est qu’elle insère, dans la nouvelle trame administrative, les principautés de Liège et de Stavelot et le duché de Bouillon, et concerne donc l’ensemble de la Belgique.

4Faut-il donc y voir, comme l’a fait Henri Pirenne, l’aboutissement de la formation du territoire belge, voire même la reconnaissance d’une nation ? Ou bien ce rassemblement a-t-il contribué à ancrer, dans l’esprit de ses habitants, leur appartenance à un ensemble territorial considéré désormais comme national ? Cette rationalisation voulait aussi effacer la mémoire de l’état antérieur. A-t-elle atteint ses objectifs ? Ce sont là des questions, parmi beaucoup d’autres, que pose l’ouvrage dont il est rendu compte. On trouvera des éléments de réponse dans les débats, controverses, proclamations, protestations et revendications que la division en départements a suscités dans la population. L’analyse de ces débats constitue la plus grande partie du livre. Elle est aussi le moyen d’appréhender la perception du territoire à la fois par sa population et d’autre part par ceux qui voulaient changer sa configuration.

5La départementalisation du territoire était dans la ligne des Lumières du XVIIIe siècle et avait connu d’ailleurs quelques précédents avant même l’époque révolutionnaire. Ils avaient avorté. Au milieu du siècle, par exemple, le responsable de la police du duché de Brabant avait imaginé d’appliquer, sur ce territoire, un carroyage où chaque carré de 660 bonniers aurait été confié à un archer, le casier au centre de neuf cases étant attribué à un sous-officier auquel les archers des huit cases adjacentes devaient faire rapport. Il envisagea de l’étendre à l’ensemble des Pays-Bas autrichiens. Le projet n’eut pas de suite. Sous l’impulsion de Joseph II, en 1787, on décida la création de neuf cercles ou intendances, équivalents des Kreisen autrichiens, dont on avait tracé les limites en utilisant la carte marchande de Ferraris et qui étaient désignés par les noms de leurs chefs-lieux. Ce découpage administratif était accompagné d’une réforme de la trame judiciaire et d’une réorganisation des paroisses. Mais l’édit qui les mit en place fut retiré moins de deux mois plus tard étant donné l’ampleur des protestations qu’il avait soulevées et les rumeurs qui voyaient, dans cette opération, un moyen de faire disparaître les droits et libertés particulièrement en matière judiciaire que les différentes parties du pays avaient obtenus de leurs souverains au cours des siècles antérieurs. Pourtant la nouvelle trame venait simplement se superposer aux circonscriptions anciennes qui continuaient à fonctionner et dont on avait respecté les contours.

6Décidée en 1793, effectuée en 1794 et ratifiée par un décret de 1795, la création des neuf départements se fit au départ d’un plan de division qui fut l’oeuvre de Charles Doutrepont, avocat bruxellois, membre de l’Administration centrale et supérieure de la Belgique. Son équipe travailla sur les cartes existantes, particulièrement sur la carte marchande de Ferraris, et a commis un certain nombre d’erreurs qui provenaient des cartes elles-mêmes. Il y aura par la suite diverses rectifications.

7Pourquoi neuf départements, c’est-à-dire le même nombre que celui des intendances de Joseph II ? Parce que la population de la Belgique était estimée à trois millions d’habitants et qu’on voulait un nombre d’habitants par département proche du nombre moyen d’un département français (300 000). La superficie des départements belges, surtout dans le nord du pays, sera donc plus petite que la moyenne des départements de France. On estimera par la suite qu’il y en avait un trop grand nombre et qu’on n’avait pas suffisamment effacé la mémoire de la frontière avec la France. Mais on n’apporta pas de modifications importantes.

8La différence principale avec le projet de Joseph II est l’incorporation de la principauté de Liège dont le territoire (avec celui de l’autre principauté ecclésiastique, Stavelot), fut réparti entre sept départements (Meuse inférieure, Ourthe, Sambre et Meuse, Forêts, Dyle, Jemappes, Ardennes) et n’a donc laissé aucun souvenir sur la carte. Autre différence : le département de l’Escaut englobait la Flandre “hollandaise”, c’est-à-dire la Flandre zélandaise.

9Certains auraient espéré une division plus poussée encore. Les Franchimontois, se prétendant différents des Liégeois, demandèrent même leur propre département, qui aurait compris aussi Stavelot, une partie du Juliers et Aix-la-Chapelle. Il aurait été dénommé “département des Eaux minérales” et aurait eu Spa comme chef-lieu. Le projet n’eut pas de suite.

10La départementalisation s’est faite dans un cadre “belge”. Seuls quelques morceaux des anciens Pays-Bas autrichiens ont été incorporés dans les départements français du Nord et des Ardennes. Comme elle s’est faite aussi avant l’annexion des territoires de la rive gauche du Rhin, elle a respecté les anciennes frontières internationales orientales.

11Le nouveau royaume des Pays-Bas, après la chute de Napoléon, ne remit pratiquement pas en cause ni la configuration générale ni la division en départements. Il y eut bien, avant sa création, une tentative de la Prusse d’annexer tous les territoires qui se trouvaient sur la rive droite de la Meuse en les rattachant aux départements rhénans et en prétendant rétablir ainsi la vieille limite de l’Empire germanique. Mais cela ne dura que quelques mois. Les quelques modifications apportées à la configuration générale furent l’incorporation des enclaves françaises de Barbençon, Philippeville et Mariembourg et l’attribution à la Prusse de quelques cantons orientaux dont Malmédy et cela malgré les protestations pathétiques du conseil municipal de Philippeville ou l’expression de la tristesse de celui de Malmédy. On incorpora aussi le duché de Bouillon au nom d’une ancienne appartenance à la principauté de Liège, à l’époque des La Marck. Les habitants de la ville désormais incluse dans le canton de Neufchâteau demandèrent que Guillaume Ier portât au moins le titre officiel de duc de Bouillon pour garder ainsi un souvenir de leur ancienne importance. Ils n’obtinrent pas satisfaction.

12On ne toucha pratiquement pas aux départements (sauf pour l’attribution de la Flandre zélandaise). On se contenta de remplacer le mot par celui de province et de changer les dénominations en substituant aux éléments naturels les noms d’anciennes subdivisions (Flandres, Hainaut, Liège, Namur, Brabant, Luxembourg, Limbourg) auxquels on ajouta celui d’Anvers. Le cas le plus surprenant fut le choix du mot Limbourg pour désigner une province qui, dans sa partie qui restera belge après 1839, ne comportait aucune parcelle ayant appartenu à l’ancien duché du même nom. On ne remettra pas en cause la suppression de la principauté épiscopale de Liège. Le dernier prince-évêque, François-Eugéne de Méan, ne sera pas restauré mais deviendra archevêque puis primat de Belgique.

13Une partie importante du livre de Sébastien Dubois est consacrée à l’examen des préoccupations des auteurs de la départementalisation et des idées qui les ont guidées ainsi qu’à celui des diverses protestations et revendications que l’opération a soulevées. Chez les artisans de l’opération, on retrouve ainsi le souci de rationalisation, le souci de faire disparaître toute trace et toute mémoire de la “féodalité” ainsi que la croyance des théoriciens politiques du XVIIIe siècle qu’en agissant sur la configuration du territoire, on pouvait aussi remodeler la société et renforcer l’unité de la Nation. Certaines de leurs préoccupations ont encore cours aujourd’hui. Ils ont par exemple tenu compte du réseau urbain existant. Ils percevaient le territoire comme un ensemble de villes connectées par le système des communications et ayant chacune sa zone d’influence. Comme en France, on chercha à assurer la meilleure accessibilité au chef-lieu de chaque département.

14Les protestations portent surtout sur l’attribution d’une circonscription à tel département ou à tel canton. Beaucoup de réticences ont concerné par exemple diverses portions de l’ancienne principauté de Liège. D’autres traduisent les rivalités entre villes pour l’obtention de la fonction de chef-lieu (entre Liège et Maestricht par exemple, qui furent placées finalement chacune à la tête d’un département) et souvent pour celle de chef-lieu de canton. D’autres encore sont des récriminations de villes qui ont perdu ou affirment avoir perdu leurs anciennes fonctions et ont eu le sentiment de déchoir dans la hiérarchie urbaine. C’est le cas de Malines qui n’a pu obtenir le siège d’un département alors qu’elle avait été le siège du Grand Conseil, une cour d’appel pour les Conseils des Flandres et de Namur. C’est aussi le cas de Tournai.

15C’est à l’occasion du découpage en cantons que s’expriment les revendications les plus significatives. Il serait intéressant de pouvoir les comparer, à près de deux siècles d’intervalle, à celles qui ont accompagné la grande opération de fusion des communes belges. On y retrouverait certainement la même divergence entre partisans des ensembles homogènes et partisans des ensembles polarisés. L’ouvrage ne traite pas de la création des communes et ne parle donc pas des problèmes qu’elle a soulevés.

16Le livre de Sébastien Dubois est écrit d’une plume alerte et se laisse lire aisément malgré un plan qui n’est pas toujours d’une très grande netteté et qui comporte pas mal de va-et-vient d’une époque à l’autre. On pourra regretter l’absence d’une carte des anciennes circonscriptions qui aurait permis de mieux percevoir les permanences et les changements. On aurait attendu aussi des définitions plus précises des éléments composant le nouveau système administratif. Une certaine confusion concerne par exemple le terme de canton. Est-ce l’équivalent d’un arrondissement actuel (il semble que ce dernier terme est utilisé à la fin de l’époque française) ou une division d’arrondissement comme ce sera le cas plus tard ? Il n’est pas sans importance en effet de savoir à quel niveau territorial s’appliquaient les doléances.

17L’auteur consacre une quinzaine de pages, à la fin de l’ouvrage, au cas particulier de Bruxelles. Sans qu’elle fût jamais officiellement capitale d’Etat, la ville était très largement considérée dans l’Europe du XVIIIe siècle comme une capitale, siège des organes centraux de l’administration des Pays-Bas autrichiens et résidence des princes. Elle est décrite comme telle dans les ouvrages de géographie et les guides de l’époque. Elle est présentée aussi comme le centre géographique du pays. Elle s’est affirmée comme capitale pendant la petite révolution de 1787. Officiellement la fonction disparut avec la création des départements. Cependant, écrit S. Dubois, Bruxelles continua à être “une espèce de capitale”, conserva sa prééminence dans la structure urbaine et accueillit des services administratifs ou d’enseignement qui couvraient les neuf départements. Elle fut une sorte de symbole d’une Belgique qui aurait continué à être un espace géographique pendant la période française. Pour rallier les Belges à sa personne, Guillaume Ier en fera une ville de cour, résidence du prince royal, une deuxième capitale, reconnaissant par là l’existence d’une entité belge. Ainsi, loin de dissoudre la Belgique dans un autre Etat, pour S. Dubois, la départementalisation a assuré paradoxalement son unification territoriale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Henri Nicolaï, « S. Dubois, La révolution géographique en Belgique. Départementalisation, administration et représentations du territoire de la fin du XVIIIe siècle au début du XIXe siècle », Belgeo [En ligne], 2 | 2009, mis en ligne le 21 mai 2013, consulté le 25 juin 2017. URL : http://belgeo.revues.org/8131

Haut de page

Auteur

Henri Nicolaï

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Belgeo est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Fondation Universitaire/Universitaire Stichting
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique - FNRS
  • Logo National Comittee of Geography
  • Logo SRBG
  • Revues.org