Navigation – Plan du site

La vie villageoise dans le Kwango-Kwilu vers 1955 (1ère partie)

Henri Nicolaï

Texte intégral

Introduction

1Cet album photographique rassemble des témoignages sur la vie quotidienne des campagnes du Kwango-Kwilu, voici un peu plus d’un demi-siècle. Quoique très partiels, ils m’ont paru aujourd’hui encore de quelque intérêt. On pourrait sans doute y voir une récupération de vieux souvenirs mais cette perception, sans être tout à fait inexacte, serait trop réductrice. On peut par contre très légitimement s’interroger sur la façon dont on peut les utiliser aujourd’hui.

2Leur rapport avec le présent ? Cette interrogation m’est venue à la suite de la rencontre inopinée sur Internet du site d’une “association locale de développement du pays mbala de la vallée de la Kwenge”. On y trouve reproduites une trentaine de photos figurant dans le livre Le Kwilu, que j’ai publié en 1963. L’intention affirmée est de présenter la vie et les problèmes des Mbala en montrant leur vie traditionnelle (celle des femmes, des hommes, des enfants, etc.). Cette association a dû considérer sans doute que ces vieilles photos pouvaient constituer une introduction encore valable à la vie et aussi à certains problèmes des Mbala d’aujourd’hui. A tout le moins a-t-elle estimé que ces images pouvaient constituer un élément de leur mémoire.

  • 1 de Lame D. (1996), Une colline entre mille ou le calme avant la tempête. Transformations et blocage (...)

3Il n’y a pas, dans cette publication, d’intention nostalgique. Bien sûr ces photos rappellent des souvenirs personnels. Mais il ne faut surtout pas les voir comme des descriptions de ce qui aurait été un âge d’or révolu. Il n’empêche que j’ai été parfois attristé de ce que, parmi les recueils photographiques publiés en Belgique à l’occasion du cinquantième anniversaire du Congo indépendant, plusieurs m’aient paru privilégier les atmosphères de ruines et de délabrement. Les images reproduites ici, qui datent de 1955 à 1958, n’expriment pas de telles atmosphères. Elles sont certainement trop conformes à un certain exotisme et ne permettent pas de discerner le poids des contraintes qui pesaient sur les villageois (nous en évoquerons quelques-unes). La quiétude qu’elles paraissent dégager était-elle illusoire ? Faut-il, comme dans le titre d’un ouvrage consacré à la vie d’une communauté paysanne du Rwanda peu avant le génocide de 1994, évoquer le calme avant la tempête ? (de Lame D., 1996)1 Quelques années seulement après la prise de ces photos, la région concernée a été le théâtre d’événements sanglants. La rébellion muléliste, en grande partie une jacquerie, a eu plusieurs de ses foyers dans (ou près de) certains villages photographiés qui avaient nourri d’ailleurs, trente ans plus tôt, en 1931, la plus importante subversion populaire de l’histoire du Congo belge, la révolte des Pende. Ils en avaient gardé le souvenir. Mais au milieu des années 1950, l’impression de calme prévalait dans les campagnes et ne laissait prévoir ni l’arrivée ni la rapidité ni la vigueur de ces événements. Les fortes contraintes, qui avaient accablé les paysans pendant la seconde guerre mondiale encore, s’étaient assouplies. Les relations s’étaient améliorées avec les sociétés huilières. Des investissements sociaux commençaient à se faire dans les milieux ruraux. La forte expansion économique de l’après-guerre (qui concernait d’ailleurs surtout le secteur des entreprises européennes) était cependant en voie d’essoufflement mais la tendance était à l’optimisme malgré le développement du chômage dans les villes. Celles-ci commençaient à être animées de mouvements nationalistes qui dès 1958 gagnèrent les campagnes. En fait on se trouvait à la fin d’une période de calme relatif. Bientôt, revendications politiques, tumultes de la course à l’indépendance, troubles des premiers mois du nouvel État, désillusion des paysans négligés par les élites politiques fraîchement installées, accélération d’un exode rural que les autorités coloniales avaient cherché à freiner, tout cela va, en quelques années, bouleverser le monde rural. L’effondrement de l’économie huilière, qui avait été ici l’ossature d’une exploitation qui, sans investissements ni retombées durables, n’avait fait que prélever une des ressources naturelles du pays, a changé la signification que l’on attribuait à ce territoire. Au milieu des années 1970, la création d’une route directe l’englobera, en grande partie, dans le bassin de ravitaillement vivrier de Kinshasa.

  • 2 Nicolaï H. (1963), Le Kwilu. Étude géographique d’une région congolaise, Bruxelles, Cemubac, 469 p.

4Les photos ont été prises à l’occasion de travaux de recherches menés dans le cadre de la Section de Géographie du Cemubac (Centre Scientifique et Médical de l’Université Libre de Bruxelles en Afrique Centrale) que dirigeait Pierre Gourou. Elles concernent dans leur très grande majorité des villages du district du Kwilu, quelques-unes, des villages du Kwango, trois ou quatre, des villages de ce qui était alors le district du lac Léopold II (actuellement Mai Ndombe), trois districts qui ont formé par la suite la région (puis province) de Bandundu. Ont été ajoutées, mais uniquement à titre de comparaison ou parce que le document était de meilleure qualité ou plus représentatif, quelques photos prises dans le Bas-Congo proche. Je n’ai pas voulu utiliser de photos d’autres parties du Congo pour conserver l’homogénéité du témoignage. Pour le même motif, toutes les photos sont en noir et blanc. Sur la sélection retenue pour cette publication, seules sept ont déjà figuré dans d’autres ouvrages soit dans ma publication de 19632 soit dans des livres de Pierre Gourou. Elles ont été reprises en raison de leur caractère un peu insolite ou par manque d’un document semblable sur un point considéré comme important. Elles sont réparties en deux séries de cinquante. La première décrit les villages et les activités quotidiennes. La deuxième montre la présence des enfants, la vie au bord de l’eau, les parures et des scènes d’animation culturelle.

5Toutes ces photos ont été obtenues en utilisant un appareil Leica modèle IIIf, objectif Elmar standard, focale 5cm, ouverture : 3,5.

6Ces documents sont des images prises au vol. La façon dont elles ont été captées ne correspond plus sans doute à nos actuels codes sociaux et culturels. Mais on retiendra que, sauf pour une manifestation dansante, véritable représentation exigeant le concours d’un grand nombre de personnes, qu’il a fallu commander à l’avance et rémunérer, ces images n’ont jamais fait l’objet d’une transaction monétaire ni d’une promesse de cadeau. Cela paraîtra peut-être peu vraisemblable aujourd’hui car tout sujet photographié sait que le photographe va retirer nécessairement un profit de son cliché, parfois simple satisfaction personnelle sous la forme d’un souvenir, mais le plus souvent utilisation à des fins professionnelles (illustration d’un article, d’un travail scientifique, etc.) donc source de promotion et de revenus. Le sujet photographié peut craindre aussi que l’image ne serve à le dénigrer, à montrer ses faiblesses ou ses insuffisances. En 1955, les villageois refusaient rarement de se laisser photographier.

7Ces photos peuvent être considérées comme des documents bruts. Mais ces documents sont-ils vraiment objectifs ? Ils sont intrinsèquement, au moins en partie, les produits d’un choix marqué par l’esprit du temps.

8Nous tenons à exprimer nos plus vifs remerciements à Catherine Patris pour la mise en pages de cet album et tout particulièrement à Quentin Rombaux pour les opérations de scannage et de traitement des clichés photographiques.

9Note : Cette collection de photos, augmentée de 50 autres clichés, est à voir sur le site de la SRBG : www.srbg.be

Carte du Kwilu en 1955

Carte du Kwilu en 1955

1. Limite du district du Kwilu.- 2. Limite du haut plateau sableux occupant le sud de la région - 3. Surfaces où la densité de la population est supérieure à 20 habitants au km² (il faut multiplier cette densité au moins par 3 pour obtenir les valeurs actuelles).
La carte donne la localisation générale de quelques grands groupes ethniques (Mbala, Pende, Mbunda, Suku, Yansi, Lele). La toponymie est celle de l’époque. Depuis lors, Banningville et Leverville sont redevenues respectivement Bandundu et Lusanga.

Figure reprise de Nicolaï H. (1964), Naissance d’une région en Afrique centrale. Le Kwilu, Les Cahiers d’Outre-Mer, tome XVII, p. 292-313.

Décors villageois

10Au cœur de la forêt ou dans la savane coiffant une colline, le village éparpille ou aligne ses maisons en empruntant au paysage ses matériaux végétaux.

11Le village des années 1950 est généralement plus grand (souvent plus de deux fois) qu’un demi-siècle plus tôt. Il a souvent aussi changé d’emplacement. Le village de jadis se déplaçait quand les maisons étaient devenues trop vétustes ou que l’itinérance des champs l’avait trop éloigné de la partie cultivée de son terroir. Mais les autorités coloniales ont imposé des changements importants. Elles ont d’abord regroupé les petits villages disséminés dans la forêt pour faciliter le contrôle administratif (perception des impôts et recensement de la population, deux opérations étroitement liées), le contrôle sanitaire et le contrôle sécuritaire. Elles avaient aussi le souci d’éloigner les habitants des parties forestières proches des rivières où sévissaient les vecteurs de la maladie du sommeil et d’autre part, en les installant sur les plateaux savanisés, de les rendre plus accessibles car c’est là que les routes étaient aménagées avec le moins de difficultés.

12Le village du Kwango-Kwilu relève d’une civilisation du végétal. Des armatures de branches, de rondins, de rameaux attachés les uns aux autres par des liens fibreux sont couvertes par des paillassons de feuilles cousues (comme dans les villages mbala) ou par de la paille (comme dans les villages pende et mbunda). De larges feuilles ou de la paille coiffent les pans du toit. De plus en plus cependant, surtout dans la partie nord du territoire pris ici en compte, l’armature est enduite d’un crépi de boue, selon un modèle prédominant dans les régions côtières de l’Atlantique et dans les quartiers des villes.

13Le plan est le plus souvent rectangulaire. Il est quasi carré quand le toit est en coupole. Pas de cheminée, pas de fenêtre sinon l’échancrure qui constitue l’entrée souvent fermée par un panneau coulissant. Cette porte est surélevée si fortement parfois qu’il faut grimper sur une petite plate-forme pour y accéder.

Photo 1

Photo 1

Kipola (Territoire de Gungu) est un gros village pende (plus de 800 habitants) au cœur de la palmeraie des environs du lac Matshi (affluent de la Loange). Maisons au toit en coupole du quartier occupé par le clan Akwagisogo.

Photo 2

Photo 2

Les maisons du village mbala de Lumbi (T. de Kikwit), donnent sur une large allée centrale par leur pignon ou par leur côté le plus long. Elles ont parfois une galerie couverte par un débordement du toit de paille. Les différents bâtiments ont des rôles divers. Le plus grand est l’habitation du noyau familial proprement dit. De façon générale, cependant, dans les villages du Kwilu-Kwango, les épouses de polygames ont chacune leur habitation, qui est en même temps leur cuisine.
Lumbi, entouré de quelques arbres domestiques, est sur un replat savanisé, près d’une grand-route.

Photo 3

Photo 3

Les maisons n’ont qu’une courte durée de vie. Aspect bien modeste que celui de cette maison élémentaire occupée par une jeune mère sonde (est du Territoire de Feshi). Murs de panneaux végétaux. L’entrée se ferme par un panneau coulissant.

Photo 4

Photo 4

Maison mbala d’un type très voisin de la maison sonde. Village de Kikongo Koy (T. de Kikwit). Devant la porte-fenêtre avec son panneau coulissant, une villageoise prépare des feuilles de manioc pour le repas du soir.

Photo 5

Photo 5

Elémentaire encore mais de facture soignée, avec une petite cour antérieure, cette étroite maison d’un jeune homme non encore marié, dans un village mbunda (Kanga, T. d’Idiofa).

Photo 6

Photo 6
  • 3 Torday E. and Joyce T.A. (1922), Notes ethnographiques sur les Populations habitant les bassins du (...)

Cette maison mbunda (Ifwazondo, T.d’Idiofa), aux parois renforcées par un treillis de lattes, a un toit de paille qui ressemble à la coupole de la maison pende. Un arceau du toit se prolonge en auvent au-dessus de la porte-fenêtre. Une photo d’une maison très semblable, du milieu de la première décennie du XIXe siècle, figure dans un ouvrage de Torday et Joyce3 de 1922 (pl. XV).

Photo 7

Photo 7

Certaines maisons expriment le rang de leur habitant. Ainsi l’habitation d’un chef mbala, c’est-à-dire sa maison, celles de ses femmes ainsi que diverses annexes, sont dans une cour entourée d’une haie d’Euphorbes cactiformes (village de Kimwakama). Dans l’enclos aussi, quelques arbres fruitiers.
L’administration coloniale a encouragé, dans les villages, le placement d’une clôture (morte ou vive) autour de l’ensemble des bâtiments d’une famille, comme cela se faisait autour des parcelles des quartiers urbains. Le nombre des enclos (lupangu) a donc augmenté.

Photo 8

Photo 8
  • 4 de Sousberghe L. (1954), Cases cheffales sculptées des Ba-Pende Bull. Soc. Roy. Belge d’Anthropolog (...)
  • 5 Strother Z. (2004), Architecture against the State. The Virtues of Impermanence in the “kibulu” of (...)

Si la maison du chef mbala n’a pas d’architecture particulière, celle du chef pende, par contre, le gisendu, au cœur de l’enclos familial, est souvent précédée d’une sorte de vestibule. Le sommet de la coupole est orné d’une statue.
Ici, dans le village de Mukendi, la pièce faîtière comporte deux statues adossées. Cette maison a un riche contenu symbolique. Elle renferme tous les objets exprimant les pouvoirs et la légitimité du chef. Elle est détruite totalement à la mort de celui-ci en même temps que disparaissent tous ses pouvoirs. La persistance de ce type de maison, pendant la période coloniale, a été une des formes de l’affirmation de l’identité pende. Elle l’est restée vis-à-vis des autorités postcoloniales (voir ce qu’en disent L. de Sousberghe4, 1954 et Z. Strother5, 2004).

Photo 9

Photo 9

Caractère arachnéen de l’armature d’une maison pende en construction : poteaux des parois reliés par des nervures horizontales, longues tiges flexibles du toit en coupole. Impression de bricolage. Village Kipola (T. de Gungu).

Photo 10

Photo 10

Légèreté de l’armature d’un toit en coupole. Village pende de Kimbanzi.

Photo 11

Photo 11

Effet décoratif du tressage des feuilles, en particulier pour le tympan du pignon. Village mbunda de Bitshambele (T. d’Idiofa).

Photo 12

Photo 12

La construction d’une maison est une tâche collective qui rassemble plusieurs hommes du clan ou du village. Ils achèvent ici de couvrir le toit de feuilles ndala (folioles d’un palmier de la forêt). Village Pumbi, en bordure du Kasai, nord du Territoire d’Idiofa.

Photo 13

Photo 13

Des bâtiments annexes peuvent abriter le petit bétail ou la volaille pour la nuit et parfois les récoltes. On ne conserve pas le manioc. Les épis de maïs sont souvent gardés sur une étagère à l’intérieur de la maison. Seuls le millet et les arachides sont conservés dans des greniers. Le millet est l’égal d’un chef, puisqu’il a son gisendu (voir plus haut)), disent les Pende qui, dans le Kwango-Kwilu sont les seuls cultivateurs de cette céréale avec les Mbunda. Leurs greniers de millet en forme de cylindres posés chacun sur une plate-forme sont un élément caractéristique de leurs villages. En voici un, à Kimbandji (T. de Gungu) coiffé d’un chapeau conique de paille qu’on soulève pour prélever le grain.

Photo 14

Photo 14

Les greniers mbunda sont particulièrement soignés. Les feuilles des parois dessinent des motifs géométriques. Village Kanga (T. d’Idiofa).

Photo 15

Photo 15

Dans le village pende de Kipola (T. de Gungu), les arachides sont conservées dans des cylindres de feuilles et de paille posés sur une petite étagère.

Photo 16

Photo 16

Les arachides peuvent être conservées aussi dans des paniers accrochés aux branches d’un arbre proche de la maison. Village de Beko (T. de Masi Manimba).

Photo 17

Photo 17

Il n’y a pas d’édifice pour les morts. La tombe est à l’écart du village. Ici la tombe d’une jeune fille avec quelques-uns de ses biens comme son tamis à manioc (village pende de Kipola).

Photo 18

Photo 18

Des bosquets se développent autour de la tombe des chefs importants, comme ici le chef mbala Kikongo Koyi (T. de Kikwit). Le lieu est devenu sacré.

Photo 19

Photo 19

A titre de comparaison, on signalera que les tombes des chefs Kongo sont parfois des monuments importants, au bord d’une route. Ici la tombe du chef Meso, près de Kinkenge (T. de Luozi, Bas-Congo). Le chef est représenté assis sur un trône aux formes d’un grand fauteuil club. A ceux qui souriraient de ce type de représentation, nous signalerons que le monument élevé à la mémoire du roi Baudouin, à Ciergnon, place le roi lui aussi dans un grand fauteuil, avec son chien préféré à ses pieds.

Travaux des champs

14Dans le Kwango-Kwilu, l’essentiel des tâches agricoles repose sur les villageoises. Tout ce qui concerne la terre et, de façon générale, la fécondité, est l’affaire des femmes. Les hommes n’interviennent que pour abattre et brûler les arbres quand le champ est en forêt. C’est dire la lourdeur des tâches féminines puisqu’à l’agriculture s’ajoutent toutes les tâches ménagères et domestiques.

Photo 20

Photo 20

Le sol est travaillé avec une houe à manche court comme celles que portent ces jeunes paysannes sonde qui reviennent de leurs champs dans la forêt claire (sud du Territoire de Gungu).

Photo 21

Photo 21

Le manche court de la houe oblige la paysanne à courber fortement le dos. Villageoise mbunda au sud d’Idiofa plantant des boutures de manioc dans un champ en savane.

Photo 22

Photo 22

Une villageoise pende sème du maïs dans un brûlis près du lac Matshi. Aucune préparation préalable de la terre. Dans la parcelle encombrée de débris encore fumants, elle ouvre à la houe un trou où elle va déposer une graine détachée de l’épi de maïs qu’elle tient à l’autre main. Remarquer la coiffure traditionnelle et les grands bracelets aux poignets.

Photo 23

Photo 23

La paysanne prend son nourrisson avec elle pour travailler sur son champ. Ici dans le Bas-Congo (T. de Luozi). On comparera avec les gravures de la fin du XVIIe siècle reprises dans l’ouvrage de W.G.L. Randles, L’ancien royaume du Congo des origines à la fin du XIXe siècle (Paris, Mouton, 1968). Permanence !.

Photo 24

Photo 24

C’est par portage, dans de grands paniers de vannerie posés sur la tête que la récolte est rapportée au village ou transportée au marché (pays pende, T. de Gungu, près de la Lufuku).

Photo 25

Photo 25

Une paysanne mbala rapporte à Kikongo Koy (T. de Kikwit) des épis de maïs.

Photo 26

Photo 26

Il en est de même pour cette jeune femme pende qui vient de traverser en pirogue le lac Matshi,

Photo 27

Photo 27

Des porteuses mbunda rapportent les longs épis du mil à chandelles (T. d’Idiofa).

Photo 28

Photo 28

Les femmes rapportent aussi les produits de la cueillette.
Au retour de la palmeraie, ces villageoises des environs de Bushie (nord du Territoire de Kikwit) portent, les deux premières, posés sur la tête protégée par un petit coussin, un régime de fruits de palme et une calebasse de vin de palme (deux produits qui ont été cueillis certainement par les hommes), la troisième, dans un grand panier rectangulaire, un autre régime et du bois pour la cuisine.

Photo 29

Photo 29

Dans le nord du Kwilu, en bordure du Kasai, les femmes yansi utilisent des hottes. Ici pour le transport d’une récolte de patates douces.

Transformation des produits agricoles et préparation des repas

Photo 30

Photo 30

La tâche de la villageoise ne s’arrête pas aux travaux des champs. Elle couvre tous les travaux qui suivent et notamment la préparation des produits récoltés en vue de leur entreposage et leur transformation pour la consommation. Elle comporte en outre le ramassage du bois de cuisine et de petits produits de cueillette ainsi que la corvée d’eau.
Il n’y a pas de techniques de conservation du manioc. Ses racines peuvent être récoltées tout au cours de l’année au fur et à mesure des besoins. Elles sont rouies en bordure des rivières ou dans des pièces d’eau pour en éliminer les principes toxiques, et sont ensuite nettoyées, décortiquées puis mises à sécher. Ici nettoyage et décorticage du manioc roui, près de Kilembe, pays pende, T. de Gungu.

Photo 31

Photo 31

Même scène en pays mbunda. Le manioc a été roui dans les trous aménagés au bord d’une rivière du haut plateau (T. d’Idiofa).
Les morceaux de manioc seront mis à sécher au village soit sur les toits soit sur des plates-formes installées à la limite de l’espace bâti.

Photo 32

Photo 32

Le manioc est broyé dans de grands mortiers (village pende Kipola, T. de Gungu).

Photo 33

Photo 33

La farine de manioc est tamisée en passant entre les lamelles longitudinales qui forment le corps cylindrique d’un panier de vannerie agité par des rotations vives et alternées. L’opération est faite ici par une fillette dans un village du nord du Territoire de Kikwit (Bushie). Un peu en arrière, un mortier et plus loin la plate-forme d’un séchoir. A droite, une poule picore un peu de la farine projetée sur le sol.

Photo 34

Photo 34

Si, dans la plus grande partie du Kwango-Kwilu, le manioc est consommé sous la forme d’une bouillie ou d’une pâte cuite très molle, dans les régions riveraines du Kasai, il peut être préparé sous la forme de pains cuits au bain-marie, les chikwangues que l’on peut conserver quelque temps dans un emballage de feuilles. Cette femme yansi (T. de Bagata) prépare la pâte. Cette recette a sans doute été introduite à partir du Bas-Congo.

Photo 35

Photo 35

Les épis de millet détachés au couteau de leur tige, sur le champ même, sont souvent battus sur place. Ici en pays mbunda (sud-ouest du Territoire d’Idiofa. On procédera ensuite à un vannage sommaire.

Photo 36

Photo 36

Pour une consommation immédiate, les grains de millet sont ensuite écrasés au village avec un lourd et long pilon dans un gros mortier. Ici par des paysannes mbunda en Territoire d’Idiofa. La plus grande partie de la récolte est conservée en épis ou en grains dans des greniers (voir photos plus haut).

Photo 37

Photo 37

Bris de noix de palme pour en extraire les amandes qui produiront l’huile palmiste. Ici, dans un village du Bas-Congo, Bota (T. de Luozi).

Photo 38

Photo 38

Dans le calme d’une fin de journée, la préparation du repas. Village yansi de Pana Panga (T. de Bagata).

Photo 39

Photo 39

Même scène dans le village mbala de Bushie (T. de Kikwit).

Photo 40

Photo 40

Autre scène de fin de journée avec les enfants autour de leur mère. Village mbala de Kikongo Koy. La femme en arrière broie du bois rouge pour obtenir le fard tukula.

Photo 41

Photo 41

A Kipola, village pende, près du lac Matshi, le père s’est joint au groupe des femmes.

Les activités de cueillette

Photo 42

Photo 42

Les femmes participent aussi à des activités de pêche. Elles ramassent, dans une nasse, de petits poissons en bordure des rivières, parfois dans des cuvettes, aménagées ou non, où l’eau stagne avant de se retirer. Jeune pêcheuse pende dans l’émissaire du lac Matshi. Elle dépose les poissons dans la petite calebasse qu’elle s’est accrochée au front.

Photo 43

Photo 43

C’est dans un bassin latéral d’une rivière du haut plateau que ces paysannes mbunda puisent les poissons (village Bitshambele, T. d’Idiofa).

Photo 44

Photo 44

Ce sont les hommes par contre qui pêchent en pirogue, au filet ou à la ligne dans les grandes rivières ou qui chassent le gros gibier (en battue, à l’affût ou au piège). Retour de chasseurs mbala à Kikongo Koy avec leur prise, un phacochère.

Photo 46

Photo 46

La montée au palmier est une véritable escalade surtout dans les forêts secondaires qui, après les cultures, ont repris le sol aux champs et où les troncs des Elaeis filent vers la lumière.

Les activités artisanales

15Les villages sont riches en activités artisanales, avec parfois une spécialisation ou, en tout cas, une plus grande réputation de certains villages ou de certains groupes pour une activité précise.

Photo 47

Photo 47

La fabrication des poteries est une activité féminine. Village mbunda d’Ingungu, T. d’Idiofa. Un tesson sert de tour rudimentaire. Jarres prêtes pour la cuisson.

Photo 48

Photo 48

La vannerie comme le tissage du raphia est l’affaire des hommes. Village pende de Kimbandji (T. de Gungu). Préparation des brins d’osier.

Photo 49

Photo 49

La forge est le domaine exclusif d’hommes pourvus souvent de pouvoirs particuliers, en même temps guérisseurs, par exemple. Certains groupes, comme les Hungana (T. de Masi Manimba) sont réputés pour la qualité de leurs produits. Outillage de la forge : l’enclume, le marteau, les soufflets actionnés à la main.

Photo 50

Photo 50

Des garçons actionnent habituellement les soufflets. Forge dans le village lele de Kabombo Bweto (nord-est du Territoire d’Idiofa).

Les enfants dans le village

16Les enfants, toujours nombreux dans le village, l’animent de leurs cris, de leurs danses et de leurs jeux. Ils accourent quand arrive l’étranger.

Photo 51

Photo 51

Les voici dansant et chantant, à Potomango, village riverain du lac Mai Ndombe.

Photo 52

Photo 52

Ils se rassemblent en cercle pour s’écouter raconter des histoires (Kikongo Koy, T. de Kikwit).

Photo 53

Photo 53

Ils enfilent des colliers de perles dans la fraîcheur d’une fin de journée (Sundi Mawawa, T. de Luozi, Bas-Congo).

Photo 54

Photo 54

Ils s’ébrouent dans des jeux d’eau. Ici dans la Lukula à Mokamo (T. de Masi Manimba).

Photo 55

Photo 55

Près de la source, dans le village de Kipata Bâmbi.

Photo 56

Photo 56

Petit pêcheur assis sur de vieilles touques d’essence ou d’huile de palme.

Photo 57

Photo 57

Mais les enfants prennent aussi leur part dans les tâches quotidiennes ou dans les événements de la vie villageoise.
On a vu plus haut une fillette tamisant la farine de manioc (photo 33). Ici des fillettes concassent des noix de palme pour en récolter l’amande. (Sundi Lutete, T. de Luozi, Bas-Congo).

Photo 58

Photo 58

Garçons rapportant l’eau puisée à la source (Kikongo Koy, T. de Kikwit).

Photo 59

Photo 59

Ces garçons ont cueilli des chenilles entourées de leur cocon, dans une forêt claire (T. de Masi Manimba). Ils les transportent embrochées sur des bâtonnets. Dans le sud du Kwango, ils accompagnent également leurs parents et toute une partie du village quand, à la grande période des chenilles, on va s’installer dans des campements provisoires au cœur de la forêt claire.

Photo 60

Photo 60

Les enfants participent activement dans la chasse au petit gibier quand on brûle l’herbe des savanes à proximité du village. Ils sont là avec une machette ou un bâton pour abattre les animaux qui fuient le feu (Mokamo, T. de Masi Manimba).

Photo 61

Photo 61

Ils aident le forgeron en actionnant les soufflets de la forge. Dans le village suku de Kianga près de Pay Kongila (T.de Masi Manimba). Le forgeron prépare un fer de lance. Voir aussi la photo 50.

Haut de page

Notes

1 de Lame D. (1996), Une colline entre mille ou le calme avant la tempête. Transformations et blocages du Rwanda, MRCA, Annales, Sciences humaines, 154, 358 p.

2 Nicolaï H. (1963), Le Kwilu. Étude géographique d’une région congolaise, Bruxelles, Cemubac, 469 p.

3 Torday E. and Joyce T.A. (1922), Notes ethnographiques sur les Populations habitant les bassins du Kasai et du Kwango oriental, Annales du Musée du Congo Belge, 360 p.

4 de Sousberghe L. (1954), Cases cheffales sculptées des Ba-Pende Bull. Soc. Roy. Belge d’Anthropologie et de Préhistoire, LXV, pp. 75-81.

5 Strother Z. (2004), Architecture against the State. The Virtues of Impermanence in the “kibulu” of the Eastern Pende Chief in Central Africa, Journal of the Society of Architectural Historians,, 63, 3, September, pp. 272-295.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte du Kwilu en 1955
Légende 1. Limite du district du Kwilu.- 2. Limite du haut plateau sableux occupant le sud de la région - 3. Surfaces où la densité de la population est supérieure à 20 habitants au km² (il faut multiplier cette densité au moins par 3 pour obtenir les valeurs actuelles).La carte donne la localisation générale de quelques grands groupes ethniques (Mbala, Pende, Mbunda, Suku, Yansi, Lele). La toponymie est celle de l’époque. Depuis lors, Banningville et Leverville sont redevenues respectivement Bandundu et Lusanga.
Crédits Figure reprise de Nicolaï H. (1964), Naissance d’une région en Afrique centrale. Le Kwilu, Les Cahiers d’Outre-Mer, tome XVII, p. 292-313.
URL http://belgeo.revues.org/docannexe/image/17426/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Photo 1
Légende Kipola (Territoire de Gungu) est un gros village pende (plus de 800 habitants) au cœur de la palmeraie des environs du lac Matshi (affluent de la Loange). Maisons au toit en coupole du quartier occupé par le clan Akwagisogo.
URL http://belgeo.revues.org/docannexe/image/17426/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Photo 2
Légende Les maisons du village mbala de Lumbi (T. de Kikwit), donnent sur une large allée centrale par leur pignon ou par leur côté le plus long. Elles ont parfois une galerie couverte par un débordement du toit de paille. Les différents bâtiments ont des rôles divers. Le plus grand est l’habitation du noyau familial proprement dit. De façon générale, cependant, dans les villages du Kwilu-Kwango, les épouses de polygames ont chacune leur habitation, qui est en même temps leur cuisine.Lumbi, entouré de quelques arbres domestiques, est sur un replat savanisé, près d’une grand-route.
URL http://belgeo.revues.org/docannexe/image/17426/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1012k
Titre Photo 3
Légende Les maisons n’ont qu’une courte durée de vie. Aspect bien modeste que celui de cette maison élémentaire occupée par une jeune mère sonde (est du Territoire de Feshi). Murs de panneaux végétaux. L’entrée se ferme par un panneau coulissant.
URL http://belgeo.revues.org/docannexe/image/17426/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 612k
Titre Photo 4
Légende Maison mbala d’un type très voisin de la maison sonde. Village de Kikongo Koy (T. de Kikwit). Devant la porte-fenêtre avec son panneau coulissant, une villageoise prépare des feuilles de manioc pour le repas du soir.
URL http://belgeo.revues.org/docannexe/image/17426/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 572k
Titre Photo 5
Légende Elémentaire encore mais de facture soignée, avec une petite cour antérieure, cette étroite maison d’un jeune homme non encore marié, dans un village mbunda (Kanga, T. d’Idiofa).
URL http://belgeo.revues.org/docannexe/image/17426/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Photo 6
Légende Cette maison mbunda (Ifwazondo, T.d’Idiofa), aux parois renforcées par un treillis de lattes, a un toit de paille qui ressemble à la coupole de la maison pende. Un arceau du toit se prolonge en auvent au-dessus de la porte-fenêtre. Une photo d’une maison très semblable, du milieu de la première décennie du XIXe siècle, figure dans un ouvrage de Torday et Joyce3 de 1922 (pl. XV).
URL http://belgeo.revues.org/docannexe/image/17426/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Titre Photo 7
Légende Certaines maisons expriment le rang de leur habitant. Ainsi l’habitation d’un chef mbala, c’est-à-dire sa maison, celles de ses femmes ainsi que diverses annexes, sont dans une cour entourée d’une haie d’Euphorbes cactiformes (village de Kimwakama). Dans l’enclos aussi, quelques arbres fruitiers. L’administration coloniale a encouragé, dans les villages, le placement d’une clôture (morte ou vive) autour de l’ensemble des bâtiments d’une famille, comme cela se faisait autour des parcelles des quartiers urbains. Le nombre des enclos (lupangu) a donc augmenté.
URL http://belgeo.revues.org/docannexe/image/17426/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Photo 8
Légende Si la maison du chef mbala n’a pas d’architecture particulière, celle du chef pende, par contre, le gisendu, au cœur de l’enclos familial, est souvent précédée d’une sorte de vestibule. Le sommet de la coupole est orné d’une statue.Ici, dans le village de Mukendi, la pièce faîtière comporte deux statues adossées. Cette maison a un riche contenu symbolique. Elle renferme tous les objets exprimant les pouvoirs et la légitimité du chef. Elle est détruite totalement à la mort de celui-ci en même temps que disparaissent tous ses pouvoirs. La persistance de ce type de maison, pendant la période coloniale, a été une des formes de l’affirmation de l’identité pende. Elle l’est restée vis-à-vis des autorités postcoloniales (voir ce qu’en disent L. de Sousberghe4, 1954 et Z. Strother5, 2004).
URL http://belgeo.revues.org/docannexe/image/17426/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 672k
Titre Photo 9
Légende Caractère arachnéen de l’armature d’une maison pende en construction : poteaux des parois reliés par des nervures horizontales, longues tiges flexibles du toit en coupole. Impression de bricolage. Village Kipola (T. de Gungu).
URL http://belgeo.revues.org/docannexe/image/17426/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre Photo 10
Légende Légèreté de l’armature d’un toit en coupole. Village pende de Kimbanzi.
URL http://belgeo.revues.org/docannexe/image/17426/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Photo 11
Légende Effet décoratif du tressage des feuilles, en particulier pour le tympan du pignon. Village mbunda de Bitshambele (T. d’Idiofa).
URL http://belgeo.revues.org/docannexe/image/17426/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Photo 12
Légende La construction d’une maison est une tâche collective qui rassemble plusieurs hommes du clan ou du village. Ils achèvent ici de couvrir le toit de feuilles ndala (folioles d’un palmier de la forêt). Village Pumbi, en bordure du Kasai, nord du Territoire d’Idiofa.
URL http://belgeo.revues.org/docannexe/image/17426/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Photo 13
Légende Des bâtiments annexes peuvent abriter le petit bétail ou la volaille pour la nuit et parfois les récoltes. On ne conserve pas le manioc. Les épis de maïs sont souvent gardés sur une étagère à l’intérieur de la maison. Seuls le millet et les arachides sont conservés dans des greniers. Le millet est l’égal d’un chef, puisqu’il a son gisendu (voir plus haut)), disent les Pende qui, dans le Kwango-Kwilu sont les seuls cultivateurs de cette céréale avec les Mbunda. Leurs greniers de millet en forme de cylindres posés chacun sur une plate-forme sont un élément caractéristique de leurs villages. En voici un, à Kimbandji (T. de Gungu) coiffé d’un chapeau conique de paille qu’on soulève pour prélever le grain.
URL http://belgeo.revues.org/docannexe/image/17426/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Photo 14
Légende Les greniers mbunda sont particulièrement soignés. Les feuilles des parois dessinent des motifs géométriques. Village Kanga (T. d’Idiofa).
URL http://belgeo.revues.org/docannexe/image/17426/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Photo 15
Légende Dans le village pende de Kipola (T. de Gungu), les arachides sont conservées dans des cylindres de feuilles et de paille posés sur une petite étagère.
URL http://belgeo.revues.org/docannexe/image/17426/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Photo 16
Légende Les arachides peuvent être conservées aussi dans des paniers accrochés aux branches d’un arbre proche de la maison. Village de Beko (T. de Masi Manimba).
URL http://belgeo.revues.org/docannexe/image/17426/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Titre Photo 17
Légende Il n’y a pas d’édifice pour les morts. La tombe est à l’écart du village. Ici la tombe d’une jeune fille avec quelques-uns de ses biens comme son tamis à manioc (village pende de Kipola).
URL http://belgeo.revues.org/docannexe/image/17426/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Photo 18
Légende Des bosquets se développent autour de la tombe des chefs importants, comme ici le chef mbala Kikongo Koyi (T. de Kikwit). Le lieu est devenu sacré.
URL http://belgeo.revues.org/docannexe/image/17426/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Photo 19
Légende A titre de comparaison, on signalera que les tombes des chefs Kongo sont parfois des monuments importants, au bord d’une route. Ici la tombe du chef Meso, près de Kinkenge (T. de Luozi, Bas-Congo). Le chef est représenté assis sur un trône aux formes d’un grand fauteuil club. A ceux qui souriraient de ce type de représentation, nous signalerons que le monument élevé à la mémoire du roi Baudouin, à Ciergnon, place le roi lui aussi dans un grand fauteuil, avec son chien préféré à ses pieds.
URL http://belgeo.revues.org/docannexe/image/17426/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Photo 20
Légende Le sol est travaillé avec une houe à manche court comme celles que portent ces jeunes paysannes sonde qui reviennent de leurs champs dans la forêt claire (sud du Territoire de Gungu).
URL http://belgeo.revues.org/docannexe/image/17426/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 596k
Titre Photo 21
Légende Le manche court de la houe oblige la paysanne à courber fortement le dos. Villageoise mbunda au sud d’Idiofa plantant des boutures de manioc dans un champ en savane.
URL http://belgeo.revues.org/docannexe/image/17426/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Titre Photo 22
Légende Une villageoise pende sème du maïs dans un brûlis près du lac Matshi. Aucune préparation préalable de la terre. Dans la parcelle encombrée de débris encore fumants, elle ouvre à la houe un trou où elle va déposer une graine détachée de l’épi de maïs qu’elle tient à l’autre main. Remarquer la coiffure traditionnelle et les grands bracelets aux poignets.
URL http://belgeo.revues.org/docannexe/image/17426/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Photo 23
Légende La paysanne prend son nourrisson avec elle pour travailler sur son champ. Ici dans le Bas-Congo (T. de Luozi). On comparera avec les gravures de la fin du XVIIe siècle reprises dans l’ouvrage de W.G.L. Randles, L’ancien royaume du Congo des origines à la fin du XIXe siècle (Paris, Mouton, 1968). Permanence !.
URL http://belgeo.revues.org/docannexe/image/17426/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Photo 24
Légende C’est par portage, dans de grands paniers de vannerie posés sur la tête que la récolte est rapportée au village ou transportée au marché (pays pende, T. de Gungu, près de la Lufuku).
URL http://belgeo.revues.org/docannexe/image/17426/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Photo 25
Légende Une paysanne mbala rapporte à Kikongo Koy (T. de Kikwit) des épis de maïs.
URL http://belgeo.revues.org/docannexe/image/17426/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Photo 26
Légende Il en est de même pour cette jeune femme pende qui vient de traverser en pirogue le lac Matshi,
URL http://belgeo.revues.org/docannexe/image/17426/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Photo 27
Légende Des porteuses mbunda rapportent les longs épis du mil à chandelles (T. d’Idiofa).
URL http://belgeo.revues.org/docannexe/image/17426/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Photo 28
Légende Les femmes rapportent aussi les produits de la cueillette.Au retour de la palmeraie, ces villageoises des environs de Bushie (nord du Territoire de Kikwit) portent, les deux premières, posés sur la tête protégée par un petit coussin, un régime de fruits de palme et une calebasse de vin de palme (deux produits qui ont été cueillis certainement par les hommes), la troisième, dans un grand panier rectangulaire, un autre régime et du bois pour la cuisine.
URL http://belgeo.revues.org/docannexe/image/17426/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Photo 29
Légende Dans le nord du Kwilu, en bordure du Kasai, les femmes yansi utilisent des hottes. Ici pour le transport d’une récolte de patates douces.
URL http://belgeo.revues.org/docannexe/image/17426/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Photo 30
Légende La tâche de la villageoise ne s’arrête pas aux travaux des champs. Elle couvre tous les travaux qui suivent et notamment la préparation des produits récoltés en vue de leur entreposage et leur transformation pour la consommation. Elle comporte en outre le ramassage du bois de cuisine et de petits produits de cueillette ainsi que la corvée d’eau.Il n’y a pas de techniques de conservation du manioc. Ses racines peuvent être récoltées tout au cours de l’année au fur et à mesure des besoins. Elles sont rouies en bordure des rivières ou dans des pièces d’eau pour en éliminer les principes toxiques, et sont ensuite nettoyées, décortiquées puis mises à sécher. Ici nettoyage et décorticage du manioc roui, près de Kilembe, pays pende, T. de Gungu.
URL http://belgeo.revues.org/docannexe/image/17426/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Photo 31
Légende Même scène en pays mbunda. Le manioc a été roui dans les trous aménagés au bord d’une rivière du haut plateau (T. d’Idiofa).Les morceaux de manioc seront mis à sécher au village soit sur les toits soit sur des plates-formes installées à la limite de l’espace bâti.
URL http://belgeo.revues.org/docannexe/image/17426/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Photo 32
Légende Le manioc est broyé dans de grands mortiers (village pende Kipola, T. de Gungu).
URL http://belgeo.revues.org/docannexe/image/17426/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Photo 33
Légende La farine de manioc est tamisée en passant entre les lamelles longitudinales qui forment le corps cylindrique d’un panier de vannerie agité par des rotations vives et alternées. L’opération est faite ici par une fillette dans un village du nord du Territoire de Kikwit (Bushie). Un peu en arrière, un mortier et plus loin la plate-forme d’un séchoir. A droite, une poule picore un peu de la farine projetée sur le sol.
URL http://belgeo.revues.org/docannexe/image/17426/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Photo 34
Légende Si, dans la plus grande partie du Kwango-Kwilu, le manioc est consommé sous la forme d’une bouillie ou d’une pâte cuite très molle, dans les régions riveraines du Kasai, il peut être préparé sous la forme de pains cuits au bain-marie, les chikwangues que l’on peut conserver quelque temps dans un emballage de feuilles. Cette femme yansi (T. de Bagata) prépare la pâte. Cette recette a sans doute été introduite à partir du Bas-Congo.
URL http://belgeo.revues.org/docannexe/image/17426/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Photo 35
Légende Les épis de millet détachés au couteau de leur tige, sur le champ même, sont souvent battus sur place. Ici en pays mbunda (sud-ouest du Territoire d’Idiofa. On procédera ensuite à un vannage sommaire.
URL http://belgeo.revues.org/docannexe/image/17426/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Photo 36
Légende Pour une consommation immédiate, les grains de millet sont ensuite écrasés au village avec un lourd et long pilon dans un gros mortier. Ici par des paysannes mbunda en Territoire d’Idiofa. La plus grande partie de la récolte est conservée en épis ou en grains dans des greniers (voir photos plus haut).
URL http://belgeo.revues.org/docannexe/image/17426/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Photo 37
Légende Bris de noix de palme pour en extraire les amandes qui produiront l’huile palmiste. Ici, dans un village du Bas-Congo, Bota (T. de Luozi).
URL http://belgeo.revues.org/docannexe/image/17426/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Photo 38
Légende Dans le calme d’une fin de journée, la préparation du repas. Village yansi de Pana Panga (T. de Bagata).
URL http://belgeo.revues.org/docannexe/image/17426/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Photo 39
Légende Même scène dans le village mbala de Bushie (T. de Kikwit).
URL http://belgeo.revues.org/docannexe/image/17426/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Photo 40
Légende Autre scène de fin de journée avec les enfants autour de leur mère. Village mbala de Kikongo Koy. La femme en arrière broie du bois rouge pour obtenir le fard tukula.
URL http://belgeo.revues.org/docannexe/image/17426/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre Photo 41
Légende A Kipola, village pende, près du lac Matshi, le père s’est joint au groupe des femmes.
URL http://belgeo.revues.org/docannexe/image/17426/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Photo 42
Légende Les femmes participent aussi à des activités de pêche. Elles ramassent, dans une nasse, de petits poissons en bordure des rivières, parfois dans des cuvettes, aménagées ou non, où l’eau stagne avant de se retirer. Jeune pêcheuse pende dans l’émissaire du lac Matshi. Elle dépose les poissons dans la petite calebasse qu’elle s’est accrochée au front.
URL http://belgeo.revues.org/docannexe/image/17426/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Titre Photo 43
Légende C’est dans un bassin latéral d’une rivière du haut plateau que ces paysannes mbunda puisent les poissons (village Bitshambele, T. d’Idiofa).
URL http://belgeo.revues.org/docannexe/image/17426/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Photo 44
Légende Ce sont les hommes par contre qui pêchent en pirogue, au filet ou à la ligne dans les grandes rivières ou qui chassent le gros gibier (en battue, à l’affût ou au piège). Retour de chasseurs mbala à Kikongo Koy avec leur prise, un phacochère.
URL http://belgeo.revues.org/docannexe/image/17426/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Titre Photo 45
URL http://belgeo.revues.org/docannexe/image/17426/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 540k
Titre Photo 46
Légende La montée au palmier est une véritable escalade surtout dans les forêts secondaires qui, après les cultures, ont repris le sol aux champs et où les troncs des Elaeis filent vers la lumière.
URL http://belgeo.revues.org/docannexe/image/17426/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 800k
Titre Photo 47
Légende La fabrication des poteries est une activité féminine. Village mbunda d’Ingungu, T. d’Idiofa. Un tesson sert de tour rudimentaire. Jarres prêtes pour la cuisson.
URL http://belgeo.revues.org/docannexe/image/17426/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 3,1M
Titre Photo 48
Légende La vannerie comme le tissage du raphia est l’affaire des hommes. Village pende de Kimbandji (T. de Gungu). Préparation des brins d’osier.
URL http://belgeo.revues.org/docannexe/image/17426/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 760k
Titre Photo 49
Légende La forge est le domaine exclusif d’hommes pourvus souvent de pouvoirs particuliers, en même temps guérisseurs, par exemple. Certains groupes, comme les Hungana (T. de Masi Manimba) sont réputés pour la qualité de leurs produits. Outillage de la forge : l’enclume, le marteau, les soufflets actionnés à la main.
URL http://belgeo.revues.org/docannexe/image/17426/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 956k
Titre Photo 50
Légende Des garçons actionnent habituellement les soufflets. Forge dans le village lele de Kabombo Bweto (nord-est du Territoire d’Idiofa).
URL http://belgeo.revues.org/docannexe/image/17426/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Titre Photo 51
Légende Les voici dansant et chantant, à Potomango, village riverain du lac Mai Ndombe.
URL http://belgeo.revues.org/docannexe/image/17426/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 740k
Titre Photo 52
Légende Ils se rassemblent en cercle pour s’écouter raconter des histoires (Kikongo Koy, T. de Kikwit).
URL http://belgeo.revues.org/docannexe/image/17426/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 676k
Titre Photo 53
Légende Ils enfilent des colliers de perles dans la fraîcheur d’une fin de journée (Sundi Mawawa, T. de Luozi, Bas-Congo).
URL http://belgeo.revues.org/docannexe/image/17426/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 728k
Titre Photo 54
Légende Ils s’ébrouent dans des jeux d’eau. Ici dans la Lukula à Mokamo (T. de Masi Manimba).
URL http://belgeo.revues.org/docannexe/image/17426/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 560k
Titre Photo 55
Légende Près de la source, dans le village de Kipata Bâmbi.
URL http://belgeo.revues.org/docannexe/image/17426/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 852k
Titre Photo 56
Légende Petit pêcheur assis sur de vieilles touques d’essence ou d’huile de palme.
URL http://belgeo.revues.org/docannexe/image/17426/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Titre Photo 57
Légende Mais les enfants prennent aussi leur part dans les tâches quotidiennes ou dans les événements de la vie villageoise.On a vu plus haut une fillette tamisant la farine de manioc (photo 33). Ici des fillettes concassent des noix de palme pour en récolter l’amande. (Sundi Lutete, T. de Luozi, Bas-Congo).
URL http://belgeo.revues.org/docannexe/image/17426/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 788k
Titre Photo 58
Légende Garçons rapportant l’eau puisée à la source (Kikongo Koy, T. de Kikwit).
URL http://belgeo.revues.org/docannexe/image/17426/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 740k
Titre Photo 59
Légende Ces garçons ont cueilli des chenilles entourées de leur cocon, dans une forêt claire (T. de Masi Manimba). Ils les transportent embrochées sur des bâtonnets. Dans le sud du Kwango, ils accompagnent également leurs parents et toute une partie du village quand, à la grande période des chenilles, on va s’installer dans des campements provisoires au cœur de la forêt claire.
URL http://belgeo.revues.org/docannexe/image/17426/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 576k
Titre Photo 60
Légende Les enfants participent activement dans la chasse au petit gibier quand on brûle l’herbe des savanes à proximité du village. Ils sont là avec une machette ou un bâton pour abattre les animaux qui fuient le feu (Mokamo, T. de Masi Manimba).
URL http://belgeo.revues.org/docannexe/image/17426/img-61.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Photo 61
Légende Ils aident le forgeron en actionnant les soufflets de la forge. Dans le village suku de Kianga près de Pay Kongila (T.de Masi Manimba). Le forgeron prépare un fer de lance. Voir aussi la photo 50.
URL http://belgeo.revues.org/docannexe/image/17426/img-62.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Henri Nicolaï, « La vie villageoise dans le Kwango-Kwilu vers 1955 (1ère partie) », Belgeo [En ligne], mis en ligne le 19 mars 2013, consulté le 23 mars 2017. URL : http://belgeo.revues.org/17426

Haut de page

Auteur

Henri Nicolaï

henri.nicolai@skynet.be

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Belgeo est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Fondation Universitaire/Universitaire Stichting
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique - FNRS
  • Logo National Comittee of Geography
  • Logo SRBG
  • Revues.org