Navigation – Plan du site
Comptes rendus/Book review

Y. Richard Yann & A.L. Sanguin (dir.) L’Europe de l’Est quinze ans après la chute du mur, des pays baltes à l’ex-Yougoslavie

Paris, L’Harmattan, coll. Géographie et cultures, 2004, 330 p.
Julien Vandeburie
Référence(s) :

Paris, L’Harmattan, coll. Géographie et cultures, 2004, 330 p.

Texte intégral

1L’ouvrage rassemble les communications d’un colloque ayant eu lieu à la Sorbonne en septembre 2001. Organisé par la commission de Géographie Politique de l’UGI et par le laboratoire français Espace et Culture, son objectif était de tirer un bilan des héritages soviétiques et socialistes en Europe de l’Est et en CEI. Les communications sont donc orientées vers la géographie politique et la géographie culturelle, inextricablement liées, mais touchent également les recompositions démographiques et urbaines.

2L’ouvrage est divisé en deux parties. La première s’attelle à étudier les héritages dans l’Europe post-socialiste et post-soviétique. Le premier chapitre, les territoires des Etats entre recompositions et inerties, nous décrit la situation de la minorité russe dans les Etats baltes (C. Autin), les problèmes de reconversion de Kaliningrad (J. Wendt & A. Ilies), l’organisation de l’espace biélorusse (Y. Richard), les populations du Kazakhstan (J. Thorez), le rôle des héritages soviétiques en Arménie (F. Ardillier-Carras) et l’héritage démographique du système soviétique (G-F. Dumont). Toutes les contributions interpellent mais on retiendra particulièrement celles de Y. Richard et de J. Thorez qui alimentent intelligemment le débat entre mutations et permanences. Cette fois-ci, point de foin sur des pseudo-changements. Les parts de l’héritage sont bien définies et ce qui a changé et dans quelle mesure est analysé dans un style agréable. Le deuxième chapitre est consacré à l’étude des villes, espaces urbains et espaces ruraux en mutation. I. Amestoy & L. Coudroy de Lille analysent les heritages de l’habitat stalinien en Pologne et en Russie ; on peut ensuite lire d’agrables communications sur l’héritage soviétique dans la région de Volgograd (C. Cabanne, P. Fatal & E. Tchistiakova), la question de la permanence des toponymes soviétiques (D. Eckert), le réseau urbain (I. Brade), les migrations urbaines (M. Schulze), les fonctions patrimoniales rurales (C. Ancuta ; A. Jezierska-Thole). Ce chapitre, qui contient les communications les plus ciblées territorialement, embraye intelligemment le suivant, traitant des identités territoriales et des opinions publiques dans l’Europe en mutation. L’identité de la nouvelle Russie (J. Radvanyi), les relations Russie-Ukraine (V. Kolossov), l’émergence des identités nationales en Moldavie et Transnistrie (C. Roux), la nouvelle Pologne (B. Drweski), la géographie de l’opinion publique à propos de l’intégration européenne (P. Dostal & J. Markusse) composent ce chapitre qui clos les réflexions identitaires sur les constructions géopolitiques des pays de l’Europe de l’Est.

3La deuxième partie est plus spécifiquement consacrée à l’ex-Yougoslavie. Le chapitre 4 étudie les recompositions territoriales et les incertitudes géopolitiques qui y sont liées. Cette partie de l’Europe, aire de contact géopolitique et géoculturel (M. Bufon), contient en son sein de nombreuses minorités qui peuvent avoir des rôles divers (J. Zupancic). La Croatie s’est vu quant à elle fortement influencée par l’Union Européenne ces dernières années (E. Chaveneau-Lebrun), mais toutes les ex-républiques ont vécu des changements (M. Klemencic). A.-L. Sanguin analyse quant à lui la question de la poche de Goradze (Bosnie) en démontrant brillamment que les thèses géopolitiques classiques revenues au goût du jour (Huntington, Gallois, Del Valle, etc.) ne sont que des « élucubrations géopoliticiennes » (p. 282). Le dernier chapitre, représentations et identités nouvelles, illustre bien les phénomènes de recomposition et redéfinition. Les cas des jeunes de Croatie (L. Sajaka), des jeunes de Bosnie (A. Cattaruza) utilisant la technique des cartes mentales sont très intéressants et montrent des potentialités d’utilisations futures. La question des toponymes des rues de Sarajevo (S. Engelstof, A. Pobric & G. Robinson) conclut l’ouvrage.

4En conclusion, voilà un ouvrage fort intéressant pour qui s’intéresse aux questions du territoire, de son identité, de ses représentations, questions géopolitiques ou politico-géographiques ; le débat n’est pas clos. L’ouvrage réunit nombre des spécialistes francophones et est-européens de ces territoires ainsi que de nombreux jeunes prometteurs et le style adopté est très agréable. Peut-être le manque de tableaux, cartes et chiffres pourrait décevoir certains mais l’ouvrage se révèle d’une excellente facture.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julien Vandeburie, « Y. Richard Yann & A.L. Sanguin (dir.) L’Europe de l’Est quinze ans après la chute du mur, des pays baltes à l’ex-Yougoslavie », Belgeo [En ligne], 4 | 2003, mis en ligne le 15 février 2016, consulté le 24 juin 2017. URL : http://belgeo.revues.org/16877

Haut de page

Auteur

Julien Vandeburie

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Belgeo est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Fondation Universitaire/Universitaire Stichting
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique - FNRS
  • Logo National Comittee of Geography
  • Logo SRBG
  • Revues.org