Navigation – Plan du site

Métropolisation et territoire. Éclairage conceptuel : les nouvelles utopies urbaines

Metropolisation and territory. Conceptual aspect: the new urban utopias
Dominique Mons
p. 349-362

Résumés

Les identités urbaines occidentales se comprennent depuis la Renaissance, par l’expression de systèmes théoriques eux-mêmes issus de modèles utopiques. Les pensées qui sous-tendent la production contemporaine et les nouveaux dessins urbains dans une perspective de mondialisation et de métropolisation, sont elles aussi à la recherche de la ville idéale : l’attention au patrimoine et la réparation de la ville européenne, le développement durable, l’apologie du chaos, sont autant de concepts participant d’une certaine manière de la tradition utopique...

Haut de page

Texte intégral

1Les utopies urbaines, c’est-à-dire les villes de nulle part issues d’un idéal humain de penseurs ou de concepteurs, ont été, au cours de l’histoire urbaine occidentale, sources de réalisations effectives : les systèmes théoriques élaborés à partir des représentations mentales de la ville idéale marquent durablement les identités urbaines. Thomas More ou Campanella ont influencé les ingénieurs de la Renaissance ; Fourier ou Owen ont à leur manière dicté des solutions formelles en réponse à la ville chaotique de l’industrialisation. Aujourd’hui, les métropoles se forgeant à partir de la mondialisation sont autant le résultat d’une dynamique économique que d’une adhésion à des concepts globalisants proches de l’utopie. Trois discours dominants et contradictoires se dégagent dans le grand débat contemporain sur la fabrication de la ville : la réparation de la ville par une attention au patrimoine, un nouvel équilibre par le développement durable, ou l’apologie de la ville générique.

La métropolisation

2La définition de la métropolisation que donne Jacques Lévy se réfère à « un système urbain dont la configuration rend possible l’accès à un niveau compétitif à l’échelle mondiale », là où les mobilités matérielles et immatérielles sont en relation avec « une urbanité, c’est-à-dire un espace urbanisé où l’association de la densité et de la diversité facilite les interactions ».

3La généralisation du phénomène de métropolisation intervient à un moment particulier de l’histoire : au tournant du siècle, les chiffres de la population et surtout de la population urbaine sont en forte croissance : 50 % de la population mondiale est urbaine en 2000 contre 10 % en 1900. D’ici à 2025, le nombre de citadins pourrait atteindre 5 milliards d’individus, mais les réalités sont très disparates entre les pays émergents où la population urbaine se concentre, dans un laps de temps très court, en des pôles surimposés à de grandes densités rurales, et les pays de tradition urbaine et industrielle où les métropoles s’organisent à partir d’un semis urbain serré et d’un réseau déjà bien établi.

4Pour accéder à ce niveau d’urbanité requis par la mondialisation, chaque partie du globe a ses spécificités historiques, culturelles et politiques. Face au nouveau développement urbain, la Chine navigue entre libéralisme et communisme par la programmation de 200 villes de 2 millions d’habitants dont la forme reste à inventer et par la croissance frénétique des grandes villes existantes, surtout littorales. Le Japon inscrit sa croissance entre symbole et modernité, entre urbanisation rampante partout où les conditions physiques peuvent s’y adapter, et souci du détail architectural et paysager selon la tradition. L’Amérique du Nord développe une fois encore des utopies communautaires qu’elles soient sociales comme à Irvine, Californie ou technologiques comme à Silicon Valley. L’Amérique latine joue les contrastes et cherche une identité entre l’Europe et les USA. L’Afrique, la plus démunie, développe des villes « pathétiques et fascinantes » dont Lagos est, d’après Rem Koolhaas, le paradigme. L’Europe joue les concurrences de capitales à capitales en utilisant autant les identités historiques que les références extérieures pour le développement récent et les mutations.

5En 1950, seules New York et Londres excédaient 8 millions d’habitants ; en 2000, il existe 22 mégalopoles et l’on en prévoit 33 pour 2015 dont 27 dans les pays les moins développés et en particulier 19 en Asie. Cette fascination des chiffres et des paysages induits, cette écoute des faits impliquent-t-elle nécessairement le laisser-faire ? Est-ce la fin des idéologies hormis le néolibéralisme ? Est-ce la fin de l’urbanisme et de l’architecture ? Le rêve d’un espace maîtrisé par les sociétés en fonction de leur choix politique est-il obsolète et les nouvelles technologies de la communication ont-elles généré un monde virtuel où la réalité de l’espace, ses dimensions et ses qualités sensibles à l’échelle de l’homme n’ont plus cours ? La ville est-elle devenue ingouvernable ? Peut-on être concurrentiel dans la croissance et cependant mieux vivre ensemble ? Beaucoup parlent de chaos urbain comme inéluctable et ne voient plus de repères possibles dans la maîtrise de cette croissance accélérée.

6Pourtant, l’état de crise a toujours été un moment favorable pour la réflexion et l’invention. Déjà, on parle moins d’urbanisme que de projet urbain, passant ainsi d’une régulation à une projection. Et c’est là qu’intervient l’utopie, cette capacité à susciter des améliorations du monde réel en présentant des possibilités attractives.

Retour sur les utopies urbaines

7Les utopies, phénomène essentiellement occidental, naissent au moment des grandes mutations de civilisation, quand les villes croissent ou se créent selon des impératifs politiques ou économiques. À ces périodes de rupture de l’histoire, des penseurs projettent des systèmes imaginaires pour un ordre nouveau, harmonieux, complet où la vie serait meilleure et certains réalisent leurs rêves en créant des « villes » nouvelles.

8La Renaissance en Europe est une ouverture du monde, une rencontre de l’autre par les grandes découvertes mais aussi par le regard sur l’histoire de l’antiquité ; l’ordre médiéval basé sur la foi est mis à mal. L’homme doute et en même temps il est au centre de l’univers et maître de son destin : l’utopie est alors une mise en ordre face à la perte des repères traditionnels. Thomas More, Bacon, Campanella projettent dans leurs écrits un monde parfait, fini, rassurant, ordonné, prévisible. À cette époque de constitution des nations et de montée des capitales, les exemples de cités idéales fleurissent chez les ingénieurs militaires en charge de conseiller les nouveaux dirigeants : Léonard de Vinci, Durër, Di Giorgio, Filarete... dessinent des villes parfaites en tenant compte de toutes les avancées de l’art militaire comme des enseignements des anciens avec la relecture des traités de l’Antiquité comme le De Aedificatora de Vitruve. S’ensuivent la réalisation de villes nouvelles et l’extension de villes existantes qui reprennent les tracés ordonnés et hiérarchisés des villes idéales mais cette fois au bénéfice de l’ordre établi : la ville baroque en est le fruit.

9Le chaos qui accompagne le développement industriel et sa cohorte de villes industrielles et commerciales suscite lui aussi des protestations et de nouvelles mises en perspective urbaines : les grandes utopies à caractère social émergent dès le début du XIXe siècle. Charles Fourier en France, Robert Owen en Grande-Bretagne vont par leurs écrits susciter de nombreuses attentes vers un monde meilleur. Il ne s’agit pas de renoncer à la modernité et aux nouveaux modes de production, et bientôt de consommation, issus de l’industrie, mais bien de créer des villes adaptées aux hommes dans ces nouvelles conditions. Des expérimentations en grandeur réelle de microcosmes industriels et urbains sont ainsi réalisées à travers l’Europe industrielle et le Nouveau Monde, terre d’élection des communautés ouvertes sur un nouveau mode de vie plus collectif et responsable. Les pré-urbanistes progressistes ou culturalistes que nous présente Françoise Choay sont à la base d’une transformation des milieux urbains qui donnera son sens à la ville moderne : répartition des fonctions, hygiène, confort, circulations fluides, institutions et lieux d’échanges deviennent des priorités dans l’édification des espaces habités. Ebenezert Howard sera le premier à traduire ces différentes aspirations dans son ouvrage, véritable manuel de construction de la ville idéale « Garden Cities of tomorrow » en 1898 et à procéder à la réalisation concrète de villes nouvelles selon ses principes : ainsi naît la ville moderne.

10Au cours du XXe siècle, les architectes se font volontiers penseurs et philosophes et contribuent à diffuser cette utopie du mouvement moderne et de l’homme nouveau. Tony Garnier dessine la totalité de la « Ville Industrielle » et une partie est réalisée à Lyon. Mais Le Corbusier est sans conteste le chef de file de cette croyance dans l’homme nouveau par l’intermédiaire d’un nouvel espace habité : il écrit en 1933 « La Ville Radieuse » où il décrit selon lui « un système complet, cohérent, juste et indiscutable » et dédicace ainsi son livre : « Cet ouvrage est dédié à l’Autorité, Paris, Mai 1933 ». On ne peut être plus explicite ni plus utopique ! C’est pourtant à partir de ces idées que s’est diffusé l’urbanisme scientifique des états socialistes autoritaires où la fonction et le zoning l’emportent sur l’art de vivre ensemble. De l’autre côté de l’Atlantique, F. L. Wright développe en 1934 une idée opposée, centrée sur le respect de l’individualisme tout en utilisant les techniques modernes de la mobilité comme l’avion et l : Broadacre City se compose d’une série infinie de propriétés de famille sur la base quantitative de 0, 4 hectare. « Broadacre City est partout et nulle part. C’est le pays qui a pris vie comme une grande ville ». Si la maquette de Wright est très proche des propositions utopiques dessinées par la communauté mormone pour Salt Lake City au début du XIXe siècle, elle préfigure tout autant les principes de ville diffuse présidant à la périurbanisation contemporaine dans les pays d’économie libérale.

Figure 1. Broadacre City, vue aérienne du plan du site.

Figure 1. Broadacre City, vue aérienne du plan du site.

Wright, « Broadacre City », pp. 248-249, 250-251.
Extrait de « Frank Lloyd Wright and the living city », Jean-Louis Cohen, David G. De Long,
et al., © Vitra Design Museum, 1998.

11La deuxième partie du XXe siècle voit se développer un urbanisme réglementaire, particulièrement en France où le poids de l’Etat dans les décisions d’extensions urbaines est considérable, laissant peu de choix dans la conception des formes urbaines. L’application des principes de la Charte d’Athènes et du fonctionnalisme où rien n’est laissé au hasard produit une ville « désenchantée » aux abords de la ville historique traditionnelle. En marge de cette rationalisation froide du phénomène urbain, de nombreuses utopies dessinées voient le jour dans les années 60/70. On peut en citer deux, prémonitoires de débats contemporains aux principes de métropolisation. Le mouvement anglais Archigram, c’est-à-dire Architec­ture plus Télégramme, met au point des mégastructures dissociées de l’urbain préexistant générant un espace urbanisé illimité, où la part est faite entre hardware et software, entre structure et remplissage, entre réseaux de toutes sortes qui constituent le matériel indispensable à la vie urbaine et les objets architecturaux qui sont eux beaucoup plus flexibles, en chantier permanent. Ainsi naissent Plug in city, Living city, Walking city entre la robotisation et la science-fiction, dont les thèmes apocalyptiques se multiplient à la même époque en littérature et en cinéma... La démarche de Paolo Soleri reprend le thème des mégastructures, c’est-à-dire d’unités mises en réseau mais en y ajoutant une préoccupation écologique : c’est l’archologie, architecture et écologie. Son projet d’Arcosanti est conçu idéalement pour une population de 5000 habitants dans une structure à forte densité alimentée par l’énergie solaire et occupant 7 hectares sur les 1500 essentiellement consacrés à l’agriculture. « La structure sociale est influencée, sinon dirigée par la structure matérielle qui l’héberge ». Ce rapport à l’environnement et aux forces énergétiques naturelles sera la base de nombreuses expérimentations communautaires des années 60/70 en particulier aux USA, en rupture d’avec les systèmes politiques et sociaux en place, ce qui est le propre de l’utopie.

Figure 2. Arcosanti, arcologie sur un plateau. Vue axonométrique en coupe, avec comparaison dimensionnelle à Cosanti.

Figure 2. Arcosanti, arcologie sur un plateau. Vue axonométrique en coupe, avec comparaison dimensionnelle à Cosanti.

Population : 1500 hab. ; densité : 531 hab./ha ; hauteur : 50 m ; superficie : 2,8 ha.

Extrait de « SOLERI architecture as human ecology », Antonietta Iolanda Lima, ©The Monacelli Press, 2003

Concepts à l’œuvre au détour du siècle

12Ces meilleurs des mondes qui « essayent de substituer magiquement l’idéal au réel plutôt que d’adapter le réel à l’idéal » comme le dit J. B Racine sont presque toujours l’expression du rejet de la ville existante, une haine des villes en quelque sorte. Or la ville et surtout les métropoles proliférantes, multiformes, débordantes de vie, sont des objets de fascination et d’enthousiasme et de toute façon matière à penser et matière à rêve. Les descriptions des villes chinoises à 800 ans d’intervalle par Marco Polo dans son « devisement du monde » et par Rem Koolhaas dans son étude sur le Pearl River Delta traduisent le même étonnement presque enfantin devant une échelle inconnue et une vie foisonnante. L’un et l’autre sont fascinés par l’ampleur du phénomène urbain et voient davantage, dans un premier temps, la prolifération des éléments plutôt que leur logique d’agencement. Marco Polo partant de Venise, une des plus grandes métropoles de l’Occident au XIIIe siècle avec ses quelque 100 000 habitants, nous décrit la ville de Quinsaï ou Chang’an dans le golfe de Hangzkou qui compte alors vers 1280 plus d’un million d’habitants, 12 000 ponts, 1600 milliers de maisons, de vastes marchés et participe au réseau des villes de la route de la soie. Rem Koolhaas quittant les 6 millions d’habitants de la conurbation des Pays-Bas, vrai système métropolitain forgé par l’histoire et l’économie libérale européenne, se retrouve en Chine du sud dans le delta de la Rivière des perles. De Canton à Hongkong, cinq villes différentes dont certaines à peine ébauchées concentrent 12 millions d’habitants, bientôt 36 millions selon les prévisions pour l’an 2020, 1280 ponts, 350 kilomètres d’autoroutes et 1500 en construction, des tours surgissant tous les jours sans même d’affectation programmatique, des parcs et des parcs à thème dans les aires les plus centrales... Dans un cas comme dans l’autre, rien qui corresponde à notre science de l’urbanisme ou à notre mode de gestion de l’espace.

13Au XIIIe siècle, on pouvait penser que le récit de Marco Polo était de l’ordre de la fabulation et du merveilleux et continuer à produire un espace selon la foi en la Chrétienté, même si les propos étaient ceux d’un marchand très proche de ses intérêts, et donc très éloignés de la fiction. Aujourd’hui, la vitesse de communication et de diffusion des images dans un monde entièrement connu et cerné nous oblige à moins de négligence vis-à-vis de l’ailleurs finalement tout proche. La planète est en train de se rétrécir du fait des récents progrès de la technologie de l’information, mais on ne saurait se satisfaire de l’existence d’un réseau mondial à vocation totalisante. L’utopie aujourd’hui doit renoncer à ses ambitions universelles et admettre qu’un seul et même modèle ne saurait convenir à la multiplicité des conditions. La seule approche viable semble être d’embrasser une multitude d’utopies adaptées à la diversité des contextes. D’ailleurs, le mot « utopie » lui-même n’est plus trop employé ; il s’agit plutôt de postures face au développement urbain : on parle de « ville générique », de « troisième ville », de « ville renouvelée »... on ne parle plus en termes de planification ou d’urbanisme, mais en termes de projet urbain ou de suburbanisme... On peut repérer cependant des postures participant d’un nouveau dogmatisme et qui, poussées à l’extrême, répondent bien à la définition de l’utopie, à la fois inventeur d’idées et déclencheur de réalisations concrètes.

14Une première posture sage, consensuelle, éminemment européenne, est de voir la ville comme un héritage, une stratification historique qui dessine une architecture au gré des différences culturelles des moments de civilisation. La pertinence du génie du lieu originel, le repérage des facteurs identitaires et des typologies organisationnelles qui ont fait leur preuve sont souvent la base d’un travail de projet urbain contemporain, situé, contextualisé où la densité et la complexité de la ville historique obligent à une réponse sensible sur l’articulation des espaces publics et privés, sur les formes de l’habitat, sur les circulations, les ambiances, le paysage... Connaissances et méthodes sont ici les bases de la créativité architecturale. Le retour à l’histoire, l’exacerbation du patrimoine comme enjeu majeur de la qualité urbaine contemporaine vont de pair avec une tentative de nouvelle définition de la ville qui émerge dès les années soixante. À la définition de la Charte d’Athènes basée sur le fonctionnement (« la ville : habiter, circuler, travailler, cultiver son corps et son esprit ») qui, sous couvert de rationalité et de commodité, a déstabilisé la structure historique mixte et nucléaire, succède une définition qualitative où les éléments physiques et visibles de la composition urbaine sont le socle de tout projet.

Figure 3. Venise, paradigme du patrimoine.

Figure 3. Venise, paradigme du patrimoine.

Cliché D. Mons.

15Contre toute attente, en pleine période d’expansion économique, la métropole italienne de Bologne décide dès1966 « la croissance zéro » et un retour sur la ville en place plutôt qu’une extension périphérique. C’est la « nouvelle culture urbaine » qui privilégie le rapport d’une population à son histoire urbaine matérialisée dans le bâti au fils du temps, et associe patrimoine culturel, patrimoine esthétique et patrimoine social. La typo-morphologie et la combinaison des formes urbaines dans l’espace deviennent prioritaires dans la définition de la ville : des rues, des avenues, des boulevards, des ruelles, des passages, des maisons, des monuments, des places... sont, bien avant les fonctions, les éléments de reconnaissance d’une société, si complexe soit-elle, à son milieu de vie.

16Grande ville, capitale de Région, Bologne se pose le problème de sa croissance comme toutes les grandes villes européennes des années soixante, en pleine effervescence économique. Les premières perspectives de développement se réfèrent aux politiques en cours : dédoublement du centre en faisant appel à un grand architecte de renommée internationale (Kenzo Tange), développement des périphéries en rapport avec un plan de circulation rapide, prévision de doublement démographique. Mais l’équipe communiste de la Municipalité réagit à ce programme et prône un autre type de développement basé sur la revitalisation du centre existant et la participation des habitants à l’entretien de leur cadre de vie. La ville est divisée en dix-huit secteurs d’action où les habitants aidés par des techniciens, sociologues, historiens, architectes, ingénieurs… programment la réhabilitation de leur cité. Bologne renonce à l’expansion, et, en rupture d’avec toutes les logiques de développement en économie libérale, entreprend sa propre reconquête urbaine en responsabilisant l’ensemble de la population. Bien sûr, le cadre historique de la ville s’y prête merveilleusement : qui ne serait sensible aux quelque 35 kilomètres de rues sous arcades constituées au fil du temps, du onzième au dix-huitième siècle ? Per­ mettre la sauvegarde de l’esthétique exceptionnelle de la ville tout en préservant une population résidante en centre-ville est le défi lancé par Bologne aux autres villes occidentales en prise avec leur centre vide et leurs banlieues interminables. Pendant 15 ans, le schéma directeur de plan intercommunal établi à partir de la base, c’est-à-dire à partir des schémas de secteur élaborés par la concertation directe des habitants, a servi de matrice à une programmation d’urbanisme continue pour un tissu équilibré du territoire. Grâce à la forte participation des habitants dans le travail des comités de quartier et à l’écoute réelle des politiques dans les prises de décision, toute la ville centre a été assainie et embellie en respectant le bâti patrimonial, en préservant la mixité sociale de la population, en favorisant le maintien des commerces et services de proximité, en encourageant le développement des petites et moyennes entreprises artisanales sur place. La piétonisation du centre, le développement de modes alternatifs de déplacements urbains (bus en site propre, prêt de vélos municipaux dans différents points de la ville, sens uniques décourageant l’emploi de la voiture particulière…), l’ouverture de certains îlots à la promenade, le réemploi à usage public des anciens couvents ont permis l’amélioration de la qualité de vie pour tous. En 1982, l’adjoint de commune de Bologne déclare : « Il est nécessaire non seulement d’assainir les logements ou de mettre au point des services, mais d’activer des processus d’autogestion des logements et des services grâce auxquels les usagers deviennent les administrateurs de ressources sociales qui leur ont été confiés… L’administration doit encourager la participation et l’autogestion des logements assainis, des écoles, des policliniques, des espaces verts et des jardins. Par ce processus de participation, des citoyens pourront s’approprier de nouveau la ville, dont la croissance à mesure d’homme sera donc possible ».

17La ville de Bologne a su sauver ses pierres en gardant ses habitants, ce qui n’est en général pas le cas dans les « secteurs sauvegardés » où muséification et gentrification vont de pair. On a assisté à un tournant plus libéral de la politique municipale de Bologne, mais la participation des habitants reste plus importante qu’ailleurs et un système de « citoyenneté électronique IPERBOLE » mis au point dès 1995 permet la communication et l’information multidirectionnelles pour tous les résidents de Bologne, les écoles, les associations et les administrations publiques.

18Bologne, outre le fait d’avoir été le fer de lance de la réparation de la ville européenne par son approche scientifique de la typo-morphologie comme outil de la reconquête urbaine, a mis en place des procédures de participation et de responsabilisation de la population dans une perspective de développement équilibré de son territoire en évitant la tertiarisation à outrance de son centre et en créant les bases d’une ville à vivre.

19Nombreux sont aujourd’hui les tenants et militants du patrimoine, du retour en ville, du resserrement urbain, de la ville renouvelée et les politiques urbaines européennes s’appuient majoritairement sur ces idées quand bien même les faits leur sont contraires. C’est un plaidoyer pour la ville contre l’urbain ou tout au moins pour la ville dans l’urbain généralisé.

20Une seconde posture, plus volontariste, plus encore dans la tradition utopiste qui a fait ses preuves depuis la Renaissance dans le monde de l’émergence des idées et des concepts, est celle du développement durable tel que défini au Sommet de Rio en 1992. Face au dérèglement quantifié de la planète, à l’effet de serre, aux inégalités sans cesse croissantes, la priorité va à un développement harmonieux entre l’environnement, le social et l’économique. Les principes d’écologie et de hautes qualités environnementales en concertation avec la population vont dans le sens d’une création responsable, moins aventureuse, qui refuse le hasard et essaie de maîtriser l’avenir. Les expérimentations formelles sont encore rares, plus souvent à l’échelle d’un bâtiment que d’un quartier ou une ville malgré la profusion des « agenda 21 » ou perspectives urbaines pour le XXIe siècle, à l’échelle de la planète. Car le concept se veut planétaire, à l’échelle de la mondialisation. C’est l’expansion néolibérale et mondialiste qui est ici stigmatisée : il ne s’agit pas de faire marche arrière mais de tenter un monde différent où la nature reprend ses droits afin d’éviter les risques d’une nouvelle apocalypse due aux comportements humains à court terme axés sur le profit de quelques-uns. Il faut arrêter la construction de la tour de Babel avant qu’elle ne s’écroule et n’entraîne la chute de notre civilisation. Le développement n’est viable que sur les bases d’une nouvelle éthique à l’échelle mondiale : par exemple, la métropolisation doit s’établir sur les complémentarités et non sur la concurrence qui en est actuellement le moteur. Expérimenter de nouvelles façons d’agir dans le domaine urbain en faveur du développement durable, c’est plaider en faveur d’une ville compacte, non plus étalée selon les possibilités des transports individuels mais recentrée autour des pôles de transport collectif en privilégiant les énergies recyclables. C’est opter pour des décisions partenariales entre secteurs publics, privés et populations, un projet de ville ne pouvant s’établir sans échange et concertation des différents acteurs. C’est respecter les cycles écologiques en économisant l’eau, en mesurant la production de déchets. C’est construire selon les normes de la « haute qualité environnementale » et gérer les espaces naturels au cœur même des villes par le respect des composantes du site pour permettre la biodiversité... C’est éviter le creusement entre villes des pays riches et villes des pays émergeants par une politique d’entraide et de coopération. Le chantier est vaste et à long terme, une révolution globale des modes de faire et de penser...

21L’exposition universelle 2000 de Hanovre en Allemagne sur le thème « Humanité, Nature, Technologie » a été l’occasion d’une démonstration de développement urbain durable avec la constitution du nouveau quartier de Kronsberg. Avec à terme 6000 logements, le projet met en œuvre une nouvelle philosophie de la planification en se basant sur une optimisation énergétique, l’utilisation des énergies renouvelables, un plan global de gestion des déchets ménagers (avec recyclage et réduction de la production des déchets), un « chantier vert », un plan global d’approvisionnement et de gestion des eaux (potables et de pluie), une gestion écologique des sols(terre d’excavation réutilisée sur le site de Kronsberg), un plan de communication.

Figure 4. Kronsberg, nouveau quartier de Hanovre, selon les principes du développement durable.

Figure 4. Kronsberg, nouveau quartier de Hanovre, selon les principes du développement durable.

Cliché D. Mons.

22L’expérience BAU90 de Copenhague concerne un îlot oublié dans le quartier de rénovation urbaine de Norrebro des années 70 ; une communauté de résidents des nouvelles constructions ne reconnaissent pas leurs aspirations à une pratique urbaine dans la rénovation et décident avec une société de logement la construction expérimentale de 17 appartements planifiés par les futurs occupants. En 1996, le bâtiment est construit : de vastes espaces permettent la programmation d’une cuisine communautaire et d’une laverie ainsi que d’espaces de rangement, ce qui permet d’en réduire les surfaces dans les appartements. Les logements sont conçus dans un souci de flexibilité pour s’adapter aux besoins variables des résidents selon leur âge. Chauffage solaire par technique passive et photovoltaïque, récupération de l’eau de pluie, recyclage et compost des déchets font partie du dessin initial d’ensemble. En 1997, la majorité des résidents signent un accord pour bénéficier de l’énergie d’une éolienne qui produit jusqu’à 60 % de leurs besoins énergétiques. L’expérience est prévue sans voiture donc sans parking, pour pousser à l’utilisation des commerces et services du quartier qui est lui-même très bien desservi par les transports en commun et en position quasi centrale par rapport à Copenhague. Cette opération sera un modèle pour la réhabilitation en cours du quartier de Vesterbro, un peu plus au sud dans la couronne péricentrale de Copenhague.

23La troisième posture « pathétique et fascinante » est celle de la foi en la ville émergente, en cette substance urbaine nouvelle qui se structure autant sur la complémentarité que sur la différence et l’opposition : c’est l’affrontement des parties qui au niveau formel, sans aucune remise en cause des phénomènes économiques et sociaux permettant cette émergence, est source de créativité. « Dans un climat de panique stratégique permanente, l’essentiel n’est pas la constitution méthodique d’un idéal, mais l’exploitation pragmatique du hasard, de l’accident, de l’imperfection » nous dit Rem Koolhaas, balayant ainsi par une espèce de nouvelle table rase toutes les valeurs humaines et esthétiques communément admises de la ville historique occidentale pour spéculer sur la nouveauté. C’est la vitesse de communication, l’accessibilité à la consommation, la mobilité et l’éphémère qui font la force de la métropole. Les gares, les aéroports, les autoroutes, les mails commerciaux et les tours de services sont les pôles structurants et mobiles de la grande nappe urbaine diffuse, plus ou moins dense selon les contextes. Loin de vouloir atteindre un état d’harmonie et d’homogénéité, la ville ne sera métropole que si elle accepte en quelque sorte la démesure et les différences les plus criantes : c’est là la condition urbaine sous sa forme la plus intense. L’utopie, ici, est dans la subordination totale à la mondialisation de l’économie : ne pas opposer de résistances passéistes ou éthiques mais analyser les phénomènes émergents et inventer des enveloppes conformes aux aspirations du nouveau monde, aussi brutal soit-il.

24L’équipe OMA a été retenue en 1989 pour la conception du secteur urbain d’Euralille. La volonté politique était de renforcer le pouvoir métropolitain de la grande ville du nord de la France en profitant de l’arrivée du Train à Grande Vitesse et en créant, selon les dires du maire de la ville, Pierre Mauroy, une « turbine tertiaire ». Ce n’est pas le contexte local qui a ici conditionné le projet mais bien la référence à un environnement européen virtuel de soixante-dix millions d’habitants mis en relation par le TGV et le système autoroutier. L’imbrication des réseaux de déplacement à différentes échelles, de l’Europe au quartier, et sur différents modes, du collectif à l’individuel, du véhicule au piéton, conditionne la dynamique du nouveau dessin urbain. Loin de s’articuler avec la ville existante, les architectures jouent la rupture et les contrastes. Pour exister, la métropole provoque la ville, la déstabilise et l’ouvre à tous les possibles. Les très nombreuses réactions critiques par rapport à ce projet qui par sa nature même n’en finit pas, sont l’écho du désarroi face à une modernité en gestation.

25De ces trois visions de la ville, culturaliste et patrimoniale, écologique et responsable, chaotique et dynamique, découlent des projets qui peu à peu modifient nos cadres de vie, nos points de repère, nos modes de déplacement, notre sensibilité à l’architecture, à l’environnement et au paysage... La mondialisation ne semble pas entraîner une seule pensée globale et unitaire sur les modes de faire à travers le monde : chaque métropole reste unique malgré quelques apparences ; Hongkong ne ressemble en rien à Berlin non plus que Tokyo à New York ni Bombay à Lagos. Et partout les idées émergent en même temps que les concentrations humaines, la pulsion de vie étant la chose la mieux partagée au monde.

Haut de page

Bibliographie

Barey A. (1980), Déclaration de Bruxelles. Propos sur la reconstruction de la ville européenne, Éditions Archives d’Architecture Moderne, Bruxelles.

Centre de documentation de l’urbanisme (1998), Villes et développement durable. Dossier documentaire, Ministère de l’Equipement, des Transports et du Logement, octobre 1998.

Cervellati P. L., Scannavini R., de Angelis C. (1981), La nouvelle culture urbaine. Bologne face à son patrimoine, Le Seuil, Paris.

Choay F (1966)., L’urbanisme, Utopies et réalités : une anthologie, Paris, Le Seuil.

Eaton R., « Architecture et urbanisme : les figures de l’utopie », in Tower Sargent L., Schaer R. (2000), Utopie. La quête de la société idéale en Occident, Bibliothèque nationale de France, Fayard.

Garnier T. (1988), Une cité industrielle. Étude pour la construction des villes, Philippe Sers Éditeur/Vilo 1917.

Howard E., Tomorrow : a peaceful path to real reform (villes-jardins de demain), Londres, S. Sonnenschein.

Koolhaas R. (2001), « Harvard Project on the City », Mutations, Éd. Arc en rêve centre d’architecture, Actar.

Koolhaas R. (2002), Project on the City, 2 tomes, Ed. Taschen.

Le Corbusier (1935), La ville radieuse, Boulogne sur Seine, Éditions de l’Architecture d’Aujourd’hui .

Lévy J. (1996), « Réseaux et territoires », in PAQUOT T. (dir.), Le monde des villes. Panorama urbain de la planète, Éditions Complexe.

Marco-Polo (1998), Le devisement du monde. Le livre des merveilles, 2 tomes, La Découverte/Poche.

Racine J.B. (1998), in Utopies Urbaines, édition préparée par Emmanuel Eveno, Villes et Territoires, Presses Universitaires du Mirail, Toulouse.

Tower Sargent L, Schaer R. (2000), Utopie. La quête de la société idéale en Occident, Bibliothèque nationale de France, Fayard.

Wright Franck Lloyd (1958), Broadacre City, The Living City, New York, Horizon Press.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Broadacre City, vue aérienne du plan du site.
Crédits Wright, « Broadacre City », pp. 248-249, 250-251.Extrait de « Frank Lloyd Wright and the living city », Jean-Louis Cohen, David G. De Long, et al., © Vitra Design Museum, 1998.
URL http://belgeo.revues.org/docannexe/image/16803/img-1.png
Fichier image/png, 8,5M
Titre Figure 2. Arcosanti, arcologie sur un plateau. Vue axonométrique en coupe, avec comparaison dimensionnelle à Cosanti.
Légende Population : 1500 hab. ; densité : 531 hab./ha ; hauteur : 50 m ; superficie : 2,8 ha.
Crédits Extrait de « SOLERI architecture as human ecology », Antonietta Iolanda Lima, ©The Monacelli Press, 2003
URL http://belgeo.revues.org/docannexe/image/16803/img-2.png
Fichier image/png, 6,8M
Titre Figure 3. Venise, paradigme du patrimoine.
Crédits Cliché D. Mons.
URL http://belgeo.revues.org/docannexe/image/16803/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 556k
Titre Figure 4. Kronsberg, nouveau quartier de Hanovre, selon les principes du développement durable.
Crédits Cliché D. Mons.
URL http://belgeo.revues.org/docannexe/image/16803/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Mons, « Métropolisation et territoire. Éclairage conceptuel : les nouvelles utopies urbaines », Belgeo, 4 | 2003, 349-362.

Référence électronique

Dominique Mons, « Métropolisation et territoire. Éclairage conceptuel : les nouvelles utopies urbaines », Belgeo [En ligne], 4 | 2003, mis en ligne le 31 décembre 2003, consulté le 23 mars 2017. URL : http://belgeo.revues.org/16803 ; DOI : 10.4000/belgeo.16803

Haut de page

Auteur

Dominique Mons

Géographe urbaniste, enseignante à l’École d’Architecture de Lille, France, dmons@nordnet.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Belgeo est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Fondation Universitaire/Universitaire Stichting
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique - FNRS
  • Logo National Comittee of Geography
  • Logo SRBG
  • Revues.org