Navigation – Plan du site
Comptes rendus – Book review

Bart F., Mboline M. J. & Devenne F. (dir.), Kilimandjaro, montagne, mémoire, modernité

Bordeaux, DYMSET, Presses Universitaire de Bordeaux, coll. Espaces Tropicaux, n°17, 366 p. + 18 pl.
H. Nicolaï
p. 497-508
Référence(s) :

Bart F., Mboline M. J. & Devenne F. (dir.), Kilimandjaro, montagne, mémoire, modernité, Bordeaux, DYMSET, Presses Universitaire de Bordeaux, coll. Espaces Tropicaux, n°17, 2003, 366 p. + 18 pl.

Texte intégral

1Le Kilimandjaro, cette montagne mythique, qui apparaît souvent comme un nuage de neige flottant haut au-dessus d’immenses surfaces de savanes, est étudié sous tous ses aspects dans un ouvrage pluridisciplinaire qui associe chercheurs français et tanzaniens (et un chercheur américain) des Universités de Bordeaux et de Dar es Saalam, du CNRS et de l’Institut français de Recherche en Afrique (Nairobi), géographes, historiens, historiens de l’art, linguiste, naturalistes, etc. Le Kilimandjaro méritait à coup sûr ce livre imposant : 355 pages de texte, 16 cartes en couleurs, dont 2 en double page, et 18 planches avec environ 150 photos en couleurs, de petites dimensions mais très lisibles et bien commentées, en plus des 16 cartes et des 20 photos en noir et blanc et des 45 figures dans le texte proprement dit. L’ouvrage a les caractéristiques d’un travail collectif, les meilleures : diversité des sujets, originalités des éclairages liées aux personnalités des auteurs, et aussi d’autres un peu moins bonnes : un plan quelque peu sinueux et pas toujours aisé à comprendre, un certain nombre de redites, une certaine inégalité de traitement des différentes parties. Mais c’est incontestablement un tableau complet de la montagne, de sa place dans l’imaginaire africain (d’un point de vue européen surtout) et dans l’histoire de la découverte de l’Afrique par les Européens, des témoignages qu’elle nous livre sur le passé climatique et archéologique grâce aux enregistrements conservés sous les couvertures volcaniques et de toutes les formes de sa mise en valeur, anciennes ou actuelles, avec les paysages qu’elles ont générés. La montagne apparaît comme une sorte d’oasis assurant la sécurité des pluies, une certaine salubrité et fournissant de bons sols. C’est un bastion de paysans (comme en pays Chagga) associant cultures vivrières, dont la banane, élevage bovin, à l’étable, fournissant du fumier, culture commerciale du caféier, développée pendant l’époque coloniale, irrigation par des canaux branchés sur les ruisseaux, étageant les terroirs, fermés vers le haut, ouverts vers le piémont. Autour de la montagne, les pentes inférieures savanisées sont le domaine des pasteurs Maasai.

2L’ouvrage traite ainsi une marqueterie de sujets regroupés, mais parfois de façon un peu floue autour de trois thèmes Le premier, « une montagne entre mythes et réalités », mêle ainsi l’histoire du territoire, les caractéristiques physiques (à l’exception des sols traités ailleurs), les composantes écologiques et la végétation, l’agriculture précoloniale et l’identité chagga, les mythes et l’image.

3Le deuxième étudie « le fonctionnement d’un système montagneux ». Il commence par les aspects démographiques, particulièrement la mobilité de la population (de la montagne vers les villes apparues sur ses flancs et vers la capitale Dar es Saalam), se poursuit par les sols, indicateurs des actions anthropiques, les usages des ressources naturelles (on y trouvera par exemple trois pages assez détaillées sur les techniques d’apiculture), l’évolution actuelle des systèmes paysans, leurs dynamiques et leurs blocages. Le système chagga apparaîtrait ainsi au bout de ses possibilités d’intensification et devrait investir davantage dans le piémont et les régions basses où il risque d’entrer en conflit avec le système des pasteurs maasai.

4Le troisième thème traite « des terroirs, des territoires, des recompositions », reprenant certains aspects amorcés dans la partie précédente, par exemple sur les nouveaux enjeux de la plaine. Le cas des « estates », anciens domaines témoins de la période coloniale, est abordé dans ses particularités par rapport à la situation qui se présentait au Kenya. La colonisation de type « White Highlands » a été moins importante en raison des réticences de l’administration allemande soucieuse d’avoir de bonnes relations avec les Chagga, puis en raison des contraintes ou des interdictions qu’entraîna le statut de pays sous mandat (de la SDN) puis sous tutelle (de l’ONU). Nationalisés après 1970 sous la forme de fermes d’Etat ou parfois de coopératives, reprises dans quelques cas aujourd’hui par des opérateurs privés, ces domaines qui forment des enclaves sur les pentes inférieures, auraient un rôle à jouer dans la politique de relance du caféier entreprise par les autorités et les bailleurs de fonds et encouragée par l’amélioration du marché, particulièrement du marché japonais. Cette troisième partie envisage aussi les effets de la mondialisation, les conséquences de la frontière (une comparaison avec le versant kenyan est esquissée) et enfin l’avenir du tourisme.

5Au total donc un livre foisonnant et riche d’informations diverses.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

H. Nicolaï, « Bart F., Mboline M. J. & Devenne F. (dir.), Kilimandjaro, montagne, mémoire, modernité », Belgeo, 4 | 2004, 497-508.

Référence électronique

H. Nicolaï, « Bart F., Mboline M. J. & Devenne F. (dir.), Kilimandjaro, montagne, mémoire, modernité », Belgeo [En ligne], 4 | 2004, mis en ligne le 15 septembre 2013, consulté le 23 juin 2017. URL : http://belgeo.revues.org/13473

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Belgeo est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Fondation Universitaire/Universitaire Stichting
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique - FNRS
  • Logo National Comittee of Geography
  • Logo SRBG
  • Revues.org