Navigation – Plan du site
Comptes rendus – Book review

Bruneau M. (2004), Diasporas et espaces transnationaux

Paris, Anthropos- Economica, collection Villes-Géographie
Julien Vandeburie
p. 497-508
Référence(s) :

Bruneau M., Diasporas et espaces transnationaux, Paris, Anthropos- Economica, collection Villes-Géographie, 2004

Texte intégral

1La nouvelle collection d’Anthropos s’enrichit d’un nouvel ouvrage très intéressant. En effet, la question des diasporas, souvent évoquée (par l’exemple, l’Atlas des diasporas de Chaliand et Rageau, 1991) est finalement rarement traitée de manière aussi systématique que dans cet ouvrage.

2L’auteur s’attache d’abord à définir ce qu’il entend par diaspora. Dans ce premier chapitre, on discute de la définition mais aussi de la position épistémologique d’une étude des diasporas. Quelle est sa place parmi les sciences sociales, parmi la géographie ? Il propose également une bonne réflexion sur les types de cartographie à adapter. La formation, les types de diasporas sont envisagées.

3Dans un deuxième temps, M. Bruneau détaille les liens familiaux, communautaires et religieux à l’origine de l’iconographie qui fonde une diaspora. Les cas des Juifs, des Grecs, des Arméniens et des Antillais, dans leurs ressemblances et différences, sont abordés.

4Dans un troisième chapitre, il est question des liens entre les diasporas et les constructions politiques : peuple, nation et Etat-Nation. Bruneau se pose la question de ce qu’est un peuple en diaspora, est-ce qu’il s’agit d’une nation ? et pose l’intéressante question d’une diaspora noire, issue entre autres de la traite. Les exemples juif, grec, arménien, indien et chinois sont ensuite confrontés.

5Tandis que le chapitre IV explore les désastres à l’origine des diasporas en évoquant la question de la mémoire ; le chapitre V s’attaque à dénouer les liens entre les diasporas, les migrations de main-d’œuvre et les réseaux entrepreneuriaux. Les cas des diasporas marchandes, pionnières, commerciales, de main-d’œuvre (plantations, etc.) sont envisagés. Les exemples des Noirs, Libanais, Indiens, Chinois, Grecs mais aussi de la structuration du commerce « ethnique ».

6Dans le chapitre VI, l’auteur construit les fondations d’une réflexion sur l’espace des diasporas, ainsi peut-on parler d’espaces transnationaux ? On aurait envie de dire oui. Les exemples juif, tsigane, les modèles des trois peuples-mondes (grec, indien, chinois) sont très séduisants ainsi que l’exemple turc, et forment la partie la plus intéressante de l’ouvrage. Même si ceci avait déjà été évoqué par l’auteur dans plusieurs de ses articles, l’apport est riche.

7Finalement, l’auteur change d’échelle et examine, trop rapidement, ce qu’il intitule « Villes, cosmopolitisme, ségrégations et diasporas ». De bonnes idées mais un développement un peu court précèdent la conclusion du livre.

8Un ouvrage riche, intéressant, une excellente base pour étudier les diasporas sous un angle géographique, voilà comment on pourrait résumer le livre de M. Bruneau.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julien Vandeburie, « Bruneau M. (2004), Diasporas et espaces transnationaux », Belgeo, 4 | 2004, 497-508.

Référence électronique

Julien Vandeburie, « Bruneau M. (2004), Diasporas et espaces transnationaux », Belgeo [En ligne], 4 | 2004, mis en ligne le 15 septembre 2013, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://belgeo.revues.org/13470

Haut de page

Auteur

Julien Vandeburie

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Belgeo est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Fondation Universitaire/Universitaire Stichting
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique - FNRS
  • Logo National Comittee of Geography
  • Logo SRBG
  • Revues.org