Navigation – Plan du site

Études d’impacts de projets routiers et protection des ressources forestières en milieu de savane africaine : l’exemple du Niger

Impact studies of road projects and protection of forest resources in the African savannah : the example of Niger
Djibo Boubacar et Jean-Philippe Waaub
p. 227-243

Résumés

Il y a aujourd’hui de plus en plus d’interrogations sur l’efficacité des études d’impact sur l’environnement. Faisant suite à une première recherche qui en avait montré certaines limites, le présent article vise à approfondir la question au moyen d’entrevues avec les experts nationaux investis dans les études d’impacts portant sur des projets routiers au Niger. Un questionnaire a été construit à cet effet autour d’indicateurs de protection des ressources forestières identifiés à travers un processus participatif avec les acteurs nationaux et administré aux experts nationaux. Pour presque tous les thèmes abordés, on constate alors une tendance à l’insatisfaction des cadres de terrain par rapport à la prise en compte des impacts des projets routiers sur les ressources forestières. L’insatisfaction générale est plus grande au niveau des cadres moyens généralement proches du terrain. Par ailleurs, une analyse en composantes principales a permis de regrouper les variables importantes en trois composantes principales : potentiel des ressources forestières en tant que capital productif pour les populations riveraines, conservation de la biodiversité et intégrité des écosystèmes forestiers.

Haut de page

Texte intégral

Remerciements
Cet article est issu des résultats de notre thèse en sciences de l’environnement à l’Université du Québec à Montréal, soutenue en 2005 et financée par l’Agence canadienne pour le développement international (ACDI).

1L’efficacité des études d’impact sur l’environnement (éIE) réalisées pour contenir les effets des projets sur l’environnement est de plus en plus questionnée. Pour examiner cette situation, une première étude a été réalisée sur l’analyse d’éIE de projets routiers en milieu de savane africaine. Les résultats montrent que les éIE ne permettent pas de prendre en compte plusieurs principaux impacts potentiels des projets routiers sur l’environnement (Boubacar et Daaub, 2003). Cela nous a incité à entreprendre une seconde étude plus ciblée qui vise à analyser, au moyen d’entrevues avec les experts nationaux investis dans les études d’impacts, dans quelle mesure les éIE de projets routiers permettent d’assurer une bonne protection des ressources forestières qui constituent au Niger un grand enjeu environnemental.

2Pour lutter contre la pauvreté qui sévit dans la plupart des pays au sud du Sahara, les autorités nigériennes ont en effet entrepris, entre autres activités, de désenclaver le pays notamment en développant les infrastructures routières. Cela permet une meilleure circulation des biens, des services et des facteurs de production en plus de faciliter l’exploitation des potentialités agro-sylvo-pastorales sur lesquelles reposent principalement l’économie du pays. Cependant, la réalisation de projets routiers est généralement accompagnée d’impacts négatifs qui peuvent être importants quand les dispositions adéquates ne sont pas prises au préalable. En effet, à côté des effets bénéfiques des routes, leur construction et leur exploitation font rompre des continuités et des équilibres biophysiques et humains étant donné que quand ces infrastructures ne détruisent pas directement la végétation et la faune, le bruit, la pollution et d’autres perturbations associées ont des impacts importants sur les milieux naturels et humains (Gaber et al.,1996 ; Spellerberg, 1998).

3Au Niger, à l’instar des autres pays, des Études d’impact de projets routiers sur l’environnement (éIE) sont réalisées afin de contenir les effets de ces projets. Mais, l’efficacité des ÉIE de projets est de plus en plus questionnée. Une analyse critique d’ÉIE de projets routiers réalisés au Niger a été faite et les résultats synthétisés dans la première partie de cet article. Des indicateurs de protection des ressources forestières ont été identifiés de manière participative avec les acteurs concernés et un questionnaire construit autour de ces indicateurs administré à un échantillon d’experts nationaux impliqués dans la gestion des ressources forestières et les évaluations environnementales.

4Les résultats obtenus à l’issue de cette étude font l’objet du présent article qui s’articule autour de deux points. Le premier point est introductif et présente la synthèse des résultats de l’analyse des études de cas. Le second fait état de l’appréciation faite par les acteurs nationaux de l’approche d’ÉIE en transport au Niger relativement à la prise en compte des ressources forestières dans ladite approche. Il comprend quatre parties. La première a trait à la méthodologie adoptée. La deuxième partie présente les caractéristiques de la population étudiée, la troisième partie fait état des résultats des analyses statistiques des données des entrevues. La dernière et quatrième partie est consacrée quant elle à la discussion des résultats de l’analyse des données des entrevues. Elle est suivie d’une conclusion qui met en exergue les principaux résultats.

Synthèse des résultats des études de cas

5Huit études environnementales ont été examinées (Andoh, 2000 ; BCEOM, 1999 ; BCEOM, 2001 ; B.G.H.S, 1997 ; ENVIRONNEMENT CONSEIL, 1997 ; NTEP, 1999 ; SCETAUROUTE, 2000 ; Tractebel, 2000) (cf. tableau 1). Parmi celles-ci, deux nous semblent particulièrement représentatives et sont analysées plus en détail ci-après.

Tableau 1. Liste des études examinées.

Tableau 1. Liste des études examinées.

Présentation des deux projets routiers

6Le projet 1 consiste à recharger les tronçons de route latéritique Gaya-Margou (190,5 km) et Margou-Gaya (99 km). La largeur de la chaussée est de 7,8 m pour le tronçon Gaya-Margou et 6 m pour le tronçon Margou-Ounditan. Les épaisseurs de la couche sont de 15 cm pour le premier tronçon et de 20 cm pour le deuxième (B.E.G.H.S., 1997). L’étude a été réalisée par un bureau d’étude local. Le projet 2 consiste en la construction de la route Filingué-Tahoua longue de 425 km. Elle comporte cinq tronçons. Pour chacun d’eux, une analyse de variantes a été effectuée et une variante a été retenue (MÉIT, 2000a). La longueur par variante et les caractéristiques techniques des tronçons ne figurent pas dans le rapport d’étude. L’étude a été réalisée par un bureau d’étude international.

Analyse critique des ÉIE de projets routiers

7Pour apprécier les deux études examinées, des critères généralement rencontrés dans la littérature ont été retenus. Ces critères sont inspirés de la littérature pertinente (BAD, 2001 ; Chapin et al., 2000 ; Etien, 1998 ; Leduc et Raymond, 2000 ; Nations Unies, 1999 ; OCDE, 1991, 1998 ; OSS et CILSS, 1999 ; Purvis et Hector, 2000 ; UNEP, 2002, etc.). Une vérification a été par la suite faite pour voir si ces critères ont été pris en compte dans les études. La synthèse des résultats obtenus figure au tableau 2.

Tableau 2. Evaluation des ÉIE selon des critères de qualité.

Tableau 2. Evaluation des ÉIE selon des critères de qualité.

8La lecture de ce tableau montre que les composantes des projets n’ont pas été suffisamment décrites dans les études tout comme leurs enjeux n’ont pas été présentés, ce qui ne permet pas de bien saisir leur justification. L’approche méthodologique d’établissement de l’état initial n’est pas mentionnée dans l’étude relative au projet 1 mais a été élaborée dans l’étude du projet 2 sans toutefois préciser la méthode d’analyse des données résultant des entretiens avec les populations locales, afin de s’assurer qu’elle permette de bien prendre en compte leurs points de vue de manière représentative.

9Les réalités socio-économiques du milieu d’accueil semblent néanmoins bien décrites notamment dans l’étude relative au projet 1 réalisée par le bureau d’études local. Au niveau de l’identification des impacts, les lacunes sont également nombreuses. Un examen du tableau 1 montre que plusieurs impacts importants qui sont évidents pour les deux projets n’ont pas été mentionnés. Ce sont la transmission des maladies sexuellement transmissibles surtout par le personnel de chantier aux populations locales durant la phase de construction, la formation de flaques d’eau (trous creusés par les engins) durant la même phase constituant des habitats pour les vecteurs de maladies (moustiques, agents infectieux de la bilharziose) et l’enrichissement ou la dégradation des cultures locales que peut entraîner le brassage entre le personnel de chantier ou les nouveaux immigrants et les populations riveraines, entre autres.

10Les études ne précisent pas les secteurs ou les tronçons sur lesquels les impacts sont attendus, les types d’acteurs exposés et leur nombre approximatif, ce qui ne permet pas aux populations potentiellement affectées de savoir les types d’impacts auxquels elles seront exposées. La situation est encore plus préoccupante au niveau de l’évaluation des impacts pour laquelle aucune méthode n’a été mentionnée dans le projet 1 et la grille utilisée pour évaluer les impacts du projet 2 (cf. annexe 1) sur l’environnement ne nous semble pas pertinente étant donné qu’elle n’est pas du tout explicite.

11Concernant les mesures d’atténuation, plusieurs semblent intéressantes eu égard aux réalités locales (tableau 3). Somme toute, certaines mesures souffrent de grandes lacunes. En effet, nombreux sont les impacts potentiels importants qui n’ont pas pu être identifiés et pour lesquels des mesures d’atténuation ne peuvent pas être élaborées. En plus, la plupart des impacts ne sont pas bien identifiés (lieux, acteurs concernés) ni bien évalués. Les mesures prévues pour atténuer ces impacts ne peuvent donc pas être efficaces. Plusieurs impacts identifiés (bruit, poussières, pertes de terre de culture) ne sont pas couverts par les mesures d’atténuation et même pour ceux qui sont couverts, les mesures qui sont proposées restent trop générales.

Tableau 3. Récapitulatif des mesures d’atténuation des impacts des projets routiers sur les milieux de savanes africaines ressorties dans les études.

Tableau 3. Récapitulatif des mesures d’atténuation des impacts des projets routiers sur les milieux de savanes africaines ressorties dans les études.

(R-): mesures réductrices; (C): mesures compensatoires; (A): mesures d’accompagnement; (R+): mesures de renforcement; 1: impacts des tronçons de route Gaya-Margou et Margou-Ounditan; ²: impacts de la route Filingué-Tahoua.

Définitions :
Les mesures d’accompagnement sont définies dans l’étude* comme des mesures tendant à proposer des solutions intégrées pour un mode de développement adapté à la situation actuelle des populations. Les mesures compensatoires sont présentées comme celles qui visent à compenser les impacts résiduels. Les mesures réductrices sont les préconisations à inclure dans le cahier des charges des entreprises. Ces définitions ne nous semblent pas claires. Les mesures de renforcement n’ont pas été définies dans l’étude.

*Il s’agit du projet 1: Etude d’impacts sur l’environnement du Projet de Rechargement des Routes Gaya Margou et Margou-Ounditan (1997), Bureau d’études géologiques et hydrologiques du Sahel (B.G.H.S.), Ministère de l’Equipement et des Infrastructures, Niamey (Niger), 61 p.

Appréciation de l’approche d’ÉIE des projets routiers par les acteurs nationaux

Méthodologie de recherche

12La perception par les acteurs nationaux de l’approche d’ÉIE des projets routiers a été déterminée au moyen d’un questionnaire construit autour des indicateurs de protection des ressources forestières incluant la biodiversité et le potentiel qu’ils constituent en tant que capital productif pour les populations riveraines. L’étude s’est limitée au secteur forestier pour les besoins de notre thèse. Nous avions écarté les méthodes coûts-bénéfices à cause de leur caractère non participatif et les méthodes d’aide multicritères pour leur côté subjectif et l’effet boîte noire dont le contrôle échappe aux participants à l’étude.

Identification des indicateurs de protection des ressources forestières

13Une revue de littérature a été effectuée pour faire ressortir les catégories (enjeux) et les critères de protection des ressources forestières dans le contexte de l’extension du réseau routier. La revue de littérature a essentiellement été consacrée aux documents de référence en la matière centrés sur l’Afrique, particulièrement en milieu de savanes (BAD, 2001 ; Etien, 1998 ; MHE/LCD, 2002 ; PNUE/FAO/CILSS, 1999a, 1999b ; PNUE/FAO, 1995 ; UNEP, 2002) et aux documents de stratégies nationales du Niger tels que ceux de conservation de la biodiversité, de la lutte contre la désertification et d’atténuation des effets des changements climatiques.

14Nous nous sommes ensuite inspirés des méthodes de construction d’indicateurs des effets des activités humaines sur les milieux biophysique et humain décrites dans la littérature pertinente (BAD, 2001 ; CCMF, 2000 ; Etien N, 1998 ; Leduc et Raymond, 2000 ; Nations Unies, 1999 ; OCDE, 1991, 1998 ; REDDA, 1994 ; Risse et Waaub, 1999 ; UNEP, 2002, etc.). La méthode pour établir la liste d’indicateurs a été appliquée à notre problématique tout en se focalisant sur le contexte du Niger. Cette méthode est décrite ci-après.

15Pour déterminer les indicateurs, il a fallu d’abord décomposer le concept de protection des ressources forestières et de la biodiversité en catégories (enjeux), puis décliner chaque enjeu en critères qui sont à leur tour décrits par des indicateurs. Ces derniers mesurent les différentes dimensions du concept de base sur lequel nous portons notre attention : la protection des ressources forestières, en incluant la biodiversité.

16Une fois la première version des indicateurs établie, des missions d’information et de travail se sont déroulées à l’intérieur du pays où nous avons organisé trois ateliers, sous forme de “focus groupe”, dans trois chefs-lieu d’arrondissement (Téra, Say et Gaya) situés dans la zone d’étude (régions administratives de Tillabéry et de Dosso) qui représente 70 % des ressources forestières du pays (OSS, 1998).

17Les ateliers ont regroupé dans chacune des localités concernées les représentants de chaque service technique, projet et ONG ou association oeuvrant dans la gestion des ressources naturelles et de l’environnement. La première version des indicateurs sert de base de discussion au niveau de chaque entité administrative lors des ateliers.

18Après les trois ateliers, les observations faites au niveau de chaque localité sont intégrées et une version synthétique des critères et des indicateurs prenant en compte l’ensemble des observations est élaborée. Cette version est ensuite remise à des personnes ressources en matière de gestion des ressources naturelles et d’évaluation environnementale basées à Niamey pour recueillir et intégrer leurs observations, sur base d’entretiens individuels.

19À la suite du processus, les catégories (enjeux) et indicateurs retenus servent de base pour la construction du questionnaire (annexe 2).

Construction du questionnaire

20Après le constat résultant de l’examen des études de cas et ayant montré la mauvaise qualité de éIE des projets routiers réalisées en milieux de savanes africaines, nous nous sommes servis d’un questionnaire pour déterminer le degré de satisfaction des acteurs quant à la prise en compte des impacts de ces projets sur les ressources forestières dans l’approche d’ÉIE. La construction du questionnaire s’est inspirée des écrits de Javeau (1988), Ghiglione et Matalon (1998) et de Durand (2002). Il est soumis à l’amendement de quelques personnes ressources du milieu universitaire et des praticiens des sciences sociales avant d’être testé auprès de quelques individus de l’échantillon d’étude. Avant d’être administré à l’échantillon, le questionnaire est modifié pour palier aux difficultés de compréhension éprouvées lors du test.

Choix de l’échantillon et administration du questionnaire

21Compte tenu du niveau élevé de réflexion exigé pour pouvoir répondre à un questionnaire basé sur des indicateurs, les cadres réalisant des évaluations environnementales et la gestion des ressources forestières ont été essentiellement concernés par l’exercice.

22Le nombre d’individus dans un échantillon probabiliste devant être supérieur ou égal à 30 (Legras, 1998 ; Brisoux, 1994), nous avons choisi un effectif de 35 individus, afin de pouvoir traiter nos données quantitativement. Le choix de l’échantillon a été facilité par l’obtention à la Direction nationale des Eaux et Forêts du Niger d’une liste informatisée récente de tous ses agents. Cette liste fait également ressortir leur lieu d’affection, leur niveau d’instruction et leur ancienneté dans la fonction. Cette liste nous a permis ensuite de déterminer notre échantillon de manière aléatoire et simple : une première personne a été choisie au hasard sur ladite liste, en commençant par un numéro inférieur à la raison (nombre d’agents total divisé par 35). Le reste des individus a été déterminé de la manière suivante : la raison R est ajoutée au numéro du précédent individu considéré pour déterminer le numéro correspondant à l’individu suivant.

Codage

23Le codage comporte quatre niveaux d’appréciation présentés dans le tableau 4.

Tableau 4. Niveau de satisfaction des acteurs interviewés par rapport à la prise en compte des impacts de projets routiers sur les ressources forestières dans les éIE.

Tableau 4. Niveau de satisfaction des acteurs interviewés par rapport à la prise en compte des impacts de projets routiers sur les ressources forestières dans les éIE.

Caractéristiques de l’échantillon

24L’ensemble des caractéristiques de la population étudiée est rassemblé dans l’annexe 3. La population étudiée se situe dans trois grandes villes du pays, à savoir Niamey, la capitale (77,2 %), Tillabéry (11,4 %) et Dosso (11,4 %). Ces trois villes se situent dans la région forestière renfermant plus de 70 % de la biodiversité du pays. La proportion des hommes parmi les répondants est de 88,6 %. Notre échantillonnage étant aléatoire dans la population étudiée, ce déséquilibre entre les hommes et les femmes s’explique par la faible présence féminine parmi les cadres techniques dans les services concernés par l’étude. Au niveau du profil des répondants, l’échantillon comprend 25 cadres supérieurs (71,4 %) et 10 cadres moyens (28,6 %). Une grande proportion des cadres (74,2 %) vient des services environnementaux de l’État (production et recherche). Plusieurs de ces cadres (34,3 %) sont peu expérimentés, avec une durée dans la fonction inférieure ou égale à trois ans. En revanche, 40 % ont une longue expérience de travail avec plus de dix ans de fonction.

Résultats des entrevues

Perception par les acteurs nationaux de la prise en compte des indicateurs de protection des ressources forestières dans l’approche d’ÉIE de projets routiers

25Différents types d’analyses statistiques ont été effectués pour déterminer le degré de satisfaction des acteurs nationaux par rapport à la prise en compte des indicateurs de protection des ressources forestières dans l’approche d’ÉIE de projets routiers. Ces analyses sont les statistiques descriptives univariées (médiane, moyenne, écart-type, fréquences), un test de pourcentage et un test d’indépendance de Khi-deux. La codification des questions est présentée en annexe 4. Les résultats des statistiques simples univariées (médiane, écart-type) des données résultant du questionnaire se retrouvent en annexe 5.

26L’analyse des données de l’annexe 5 montre que sur les quinze variables étudiées, treize ont une médiane égale à 2, correspondant au niveau “peu satisfaisant” de notre codage. Les répondants sont donc peu satisfaits ou pas du tout satisfaits de la prise en compte de ces treize indicateurs de protection des ressources forestières dans les ÉIE des projets routiers. Les variables “règlement” [espaces forestiers protégés réglementairement] et “bperturbation” [espaces boisés soumis à de fortes perturbations] ont des médianes de 3 (“assez satisfaisant”). Les répondants sont donc assez satisfaits de la prise en compte de ces deux indicateurs de protection des ressources forestières dans les ÉIE des projets routiers. La variable “ubiogéograph” [unités biogéographiques ayant un intérêt écologique global] a une médiane de 2,5. À ce stade de l’analyse, on ne sait pas si les répondants sont satisfaits ou insatisfaits de sa prise en compte dans les ÉIE en question. Les analyses à venir nous permettront certainement d’obtenir une précision à ce niveau.

27Le tableau 5 présente les fréquences des réponses par variable et selon le degré de satisfaction des répondants par rapport à la prise en compte de la protection des ressources forestières dans l’approche d’ÉIE des projets routiers. L’analyse de ce tableau confirme les tendances observées au niveau de l’analyse des médianes. En effet, le niveau 2 (“peu satisfaisant”) a enregistré plus de fréquences élevées que les autres niveaux. Le niveau 3 (“assez satisfaisant”) suit et on observe également que les répondants sont assez satisfaits de la prise en compte des variables “règlement” et “bperturbation”. Nous pouvons alors affirmer que les individus de notre échantillon sont au maximum peu satisfaits de la prise en compte de cette variable par l’approche d’ÉIE des projets routiers. Il faut aussi remarquer que les gens ne sont pas du tout satisfaits de la prise en compte de la variable “pharmacopée” ([disponibilité des produits forestiers utilisés à des fins médicinales].

Tableau 5. Fréquences des réponses selon le niveau de satisfaction.

Tableau 5. Fréquences des réponses selon le niveau de satisfaction.

NB: pour la dénomination des variables, voir l’annexe 4.

28Concernant le test de pourcentage, il vise à déterminer si globalement les gens sont satisfaits ou insatisfaits de la prise en compte des indicateurs de protection des ressources forestières dans l’approche d’ÉIE des projets routiers. L’hypothèse nulle (H0) consiste à dire que la proportion des gens qui sont satisfaits ou insatisfaits de cette prise en compte est de 50 %. Les résultats du test de pourcentage sont résumés dans le tableau 6.

Tableau 6. Test de pourcentage (50,50): voir si satisfait et insatisfait sont 50,50 (= sont égaux ou sont également distribués) (H0).

Tableau 6. Test de pourcentage (50,50): voir si satisfait et insatisfait sont 50,50 (= sont égaux ou sont également distribués) (H0).

29Le test n’est pas significatif pour 14 des 15 variables avec X2 < 2,4 et 0,128 < P < 0,732. Il l’est uniquement pour la variable “pharmacopée” pour laquelle il y a insatisfaction marquée (X= 10,31 et P = 0,001).

Relations entre les variables

30Des analyses de corrélations ont été effectuées pour explorer les relations existantes entre les variables. Ces analyses ont montré une forte association entre plusieurs indicateurs de protection des ressources forestières. Ces associations sont significatives avec une probabilité de 1 %. Les espaces forestiers de haut intérêt écologique, floristique ou faunistique, mais non protégés réglementairement, et les unités biogéographiques ayant un intérêt écologique global ont la plus forte corrélation (r = 0,802). Cette forte corrélation peut s’expliquer par le fait que les unités biogéographiques ayant un intérêt écologique global incluent souvent les espaces forestiers de haut intérêt écologique, floristique ou faunistique, mais non protégés réglementairement.

31La forte association entre plusieurs indicateurs de protection des ressources forestières a justifié une analyse en composantes principales afin de mesurer la variance expliquée totale représentée par chaque variable. Les analyses en composantes principales reflètent que toutes les variables sont bien représentées dans le plan factoriel. Les trois premières composantes principales représentant 71 % de la variance expliquée totale. La première composante est composée principalement des variables relatives au potentiel des ressources forestières en tant que capital productif pour les populations riveraines. Il explique à lui seul 32 % de la variance totale. Cela dénote l’importance accordée à ce potentiel par les acteurs de terrain. Dans les conditions présentes au Niger, où les gens vivent principalement de l’exploitation des ressources naturelles renouvelables (terre, végétation, eau), les ressources forestières sont souvent considérées en fonction des biens et services qu’elles procurent pour les bénéficiaires, notamment les populations riveraines.

32La deuxième composante a largement trait à la conservation de la biodiversité et explique environ 29 % de la variance totale. La biodiversité est également importante à l’égard des acteurs locaux puisqu’elle est souvent perçue comme la base du capital productif. C’est grâce à la diversité que les écosystèmes forestiers peuvent produire des biens et services aux bénéficiaires, dont les produits médicinaux procurés par ces écosystèmes. Le nombre de produits médicinaux est, par exemple, fonction du nombre d’espèces rencontrées.

33La troisième composante est relative à l’intégrité des écosystèmes forestiers et explique 10 % de la variance totale. Ce facteur constitué par une seule variable est également important. L’intégrité des écosystèmes forestiers assure la santé de ces écosystèmes dont dépendent, entre autres, l’économie, la situation alimentaire et la santé des populations des milieux savanicoles africains. Ce troisième facteur conditionne donc les deux facteurs précédents, le capital productif et la biodiversité. Cela donne une information précieuse en vue de la conception d’un modèle d’évaluation des impacts susceptible de tenir compte de ces réalités au niveau stratégique.

Discussion des résultats

34Dans le même sens que les résultats de l’analyse des études de cas, les résultats des analyses univariées (médianes, fréquences) des données des entrevues (questionnaire 1) ont montré une tendance vers une insatisfaction des cadres de terrain par rapport à la prise en compte des impacts des projets routiers sur les ressources forestières (médiane = 2). Les acteurs se sont probablement basés sur des faits observés pour donner leur opinion. Ainsi, malgré la réalisation d’ÉIE relatives à la construction des tronçons de route au Niger, les gens estiment que les impacts de ces routes ne sont pas suffisamment atténués et bonifiés. Néanmoins, d’après les résultats des mêmes analyses statistiques évoquées ci-dessus, les cadres de terrain trouvent que les indicateurs, espaces forestiers protégés réglementairement et espaces boisés soumis à de fortes perturbations sont très bien ou assez bien pris en compte par l’approche d’ÉIE de projets routiers mais pas de manière significative. Pour ce qui est des espaces forestiers protégés réglementairement, on sait qu’au Niger la surveillance forestière est très stricte sur ces milieux, ce qui peut expliquer l’attention qui leur est accordée dans les ÉIE de projets.

35Concernant les espaces boisés soumis à de fortes perturbations, ils ont tendance à être considérés comme des espaces vulnérables qu’il faut protéger. Ils peuvent ainsi bénéficier de surveillance de la part des forestiers. De ce fait, ils peuvent attirer l’attention des promoteurs et des consultants lors de la réalisation des ÉIE des projets.

36Le test de pourcentage réalisé pour savoir si les gens sont satisfaits ou insatisfaits au moins à 50 % n’est significatif que pour les produits forestiers utilisés à des fins médicinales avec une probabilité de 1 %. Les gens trouvent que l’approche d’ÉIE de projets routiers ne les prennent pas du tout en compte. Cet indicateur est très important pour les acteurs de terrain au fait des réalités paysannes. Au Niger, 80 % des produits médicaux utilisés proviennent de la pharmacopée traditionnelle, autrement dit de la faune et de la flore (Saadou, 1998). Nos personnes interviewées pensent que la source de ces produits médicinaux est menacée suite à la régression du couvert végétal et de sa diversité. Elles pensent que l’approche d’ÉIE des projets routiers ne permet pas de prendre en compte cette situation.

37L’étude a en outre montré une tendance générale au niveau des cadres moyens à être plus insatisfaits que les cadres supérieurs de la prise en compte des indicateurs de protection des ressources forestières. Cette distinction de perception des cadres moyens et des cadres supérieurs par rapport à la prise en compte des impacts des projets routiers sur les ressources forestières peut s’expliquer par le fait qu’au Niger, les cadres moyens sont plus proches du terrain que les cadres supérieurs. Les premiers sont souvent à l’intérieur du pays et constamment en mission de surveillance ou d’aménagement des écosystèmes forestiers tandis que les seconds sont dans les villes où ils s’occupent de la conception des opérations exécutées par les premiers.

Conclusions

38Au travers des études de cas présentées au début de ce papier, il apparaît que les études d’impacts des projets routiers sont mal réalisées et présentent des lacunes importantes. De surcroît, les acteurs nationaux ont une tendance à être insatisfaits de la prise en compte des indicateurs de protection des ressources forestières dans l’approche d’ÉIE des projets routiers. Toutefois, les acteurs nationaux trouvent que les espaces forestiers protégés réglementairement et les espaces boisés soumis à de fortes perturbations sont pris en compte de manière assez satisfaisante dans l’approche d’ÉIE de projets routiers, certainement parce que la surveillance de ces espaces est très stricte en territoire nigérien (OSS, 2000 ; PAFN, 2002). D’après les cadres de terrain, les produits forestiers utilisés à des fins médicinales ne sont pas du tout pris en compte dans ces études, et ce, de manière significative.

39Les résultats de l’étude montrent également que les cadres moyens, généralement proches des ressources naturelles, ont tendance à être plus insatisfaits que les cadres supérieurs de la prise en compte des indicateurs de protection des ressources forestières dans les ÉIE des projets routiers. Les cadres moyens constitueraient donc une ressource plus fiable et plus soucieuse de la protection des ressources forestières. Ils doivent probablement être mis à contribution dans la réalisation des évaluations environnementales ou de l’étude de la qualité des études produites.

40La mauvaise situation de l’approche d’ÉIE des projets routiers a sans doute des répercussions négatives importantes sur les milieux concernés. Ces répercussions résultent notamment des effets du développement induit par la présence des routes. Elles peuvent se traduire par une dégradation, voire une disparition des franges densément boisées et une augmentation des franges boisées déjà dégradées. Ceci, à l’image des résultats des études diachroniques effectuées sur la dynamique d’occupation des sols dans les forêts de Fogha Béri dans l’arrondissement de Gaya, entre 1975 et 1996, qui ont montré une régression du couvert forestier, notamment, le long des axes routiers (Ganda, 2001). Il est donc important au Niger de se fier aux institutions qui ont un fort pouvoir réglementaire et de contrôle sur le terrain notamment pour le suivi des mesures d’atténuation ou de gestion du territoire et des ressources naturelles.

Haut de page

Bibliographie

Andoh C. (2000), Ghana Roads Sector Development Program (RSDP): Environmental and resettlement/ compensation framework, Accra, 45 p.

B.G.H.S (Bureau d’études géologiques et hydrogéologiques du Sahel) (1997), “Étude d’impacts sur l’environnement du Projet de Rechargement des Routes Gaya Margou et Margou-Ounditan”, Ministère de l’Équipement et des Infrastructures, Niamey, 61 p.

BAD (2001), Indicateurs sur le genre, la pauvreté et l’environnement sur les pays africains, Banque Africaine de Développement, 306 p.

BCEOM (1999), Réhabilitation de la route Niamey-Torodi : rapport d’étude d’impact sur l’environnement, Ministère de l’Équipement, des Infrastructures et des Transports, Niamey, 79 p.

Boubacar D. & Daaub J.-P. (2003), Projets routiers et savanes africaines : pistes de réflexion pour une meilleure prise en compte des réalités locales, article soumis à la Revue Africaine de Gestion et d’Évaluation Environnementale (RAGÉE).

Brisoux J. (1994), Méthodologie de la recherche. Notes de cours, Université du Québec à Trois-Rivières.

CCMF (2000), Critères et indicateurs de l’aménagement durable des Forêts, Conseil Canadien des Ministres des Forêts, Ottawa, 124 p.

Chapin F., Zavaleta E., Eviner V., Naylor R., Vitousek P., Reynolds H., Hooper D., Lavorel S., Sala O., Hobbie S., Mack M. & Diaz S. (2000), “Consequences of changing biodiversity”, Nature, 405, pp. 234-242.

Durand C. (2002), Méthodes de sondage. Notes de cours, Université de Montréal, 39 p.

ENVIRONNEMENT CONSEIL (Eberta Marc-A) (1997), Étude environnementale préalable pour 40 nouvelles routes rurales, Projet Réhabilitation des Infrastructures, Niamey, 29 p.

ETIEN N. (1998), Indicateurs environnementaux pour la conservation de la diversité.

Gaber J., Liénard S., Chatain M. (1996), La recherche des options de passage a l’échelle du schéma directeur routier : application de l’analyse stratégique des composantes environnementales. Actes du premier colloque international des spécialistes francophones en évaluation d’impacts, Estriol (Portugal), pp. 109-116.

Ganda (2001), Contribution à l’étude de la Forêt Classée de Foga Béri et proposition pour la gestion durable de la ressource, Rapport de stage, Institut Pratique du Développement Rural de Kollo, Kollo, 30 p.

Ghiglione R., Matalon B. (1998), Les enquêtes sociologiques : théories et pratiques, 6e éd., A. Colin, Paris, 301 p.

Javeau C. (1988), L’enquête par questionnaire : manuel à l’image du praticien, Éditions de l’Université de Bruxelles, Bruxelles, 138 p.

Leduc G., Michel R. (1999), L’évaluation des impacts environnementaux : un outil d’aide à la décision, Éditions MultiMondes, Québec, 403 p.

Legras B. (1998), Éléments de statistiques à l’usage des étudiants en médecine et en biologie : cours et exercices corrigés, Éditions Ellipses, Paris, 222 p.

MÉIT (2000), Route Filingué-Tahoua : Rapport final d’étude d’impact sur l’environnement, Ministère de l’Équipement, des Infrastructures et des Transports, Niamey, 108 p.

MHE/LCD (2002), Note de présentation de l’atelier national de validation des critères et indicateurs de gestion durable des forêts au Niger, Ministère de l’Hydraulique, de l’Environnement et de la Lutte Contre la Désertification (MHE/ LCD), Niamey, 11 p.

Nations Unies (1999), Indicateurs du développement durable. Structure générale et aspects méthodologiques, Nations Unies, New York, 443 p.

NTEP J. (1999), Prise en compte de la biodiversité dans les études d’impacts des projets routiers, Yaoundé, 17 p.

OCDE (1991), Indicateurs d’environnement : une étude pilote, Organisation de Coopération et de Développement Économiques (OCDE), Paris.

OCDE (1998), Vers un développement durable. Indicateurs d’environnement, OCDE, Paris, 130 p.

OSS (1998), État de l’environnement au Niger, Observatoire du Sahara et du Sahel, 115 p.

OSS & CILSS (1999), Atelier régional sur le suivi-évaluation et les indicateurs d’impact de la CCD, Document de base, OSS et CILSS, Paris, 44 p.

PAFN (2002), Bilan diagnostic Say-Tessaoua, Projet Aménagement des Forêts Naturelles, Niamey, 41 p.

PNUE/FAO (1995), Critères et indicateurs de gestion durable des forêts en Afrique sèche, Rapport de réunion d’experts, Nairobi (Kenya), 19 p.

PNUE/FAO/CILSS (1999a), Réunion de correspondants nationaux pour les critères et indicateurs de gestion durable des forêts pour les pays africains du CILSS, Rapport national du Niger, Dakar, 7 p.

PNUE/FAO/CILSS (1999b), Réunion de correspondants nationaux pour les critères et indicateurs de gestion durable des forêts pour les pays africains du CILSS, Rapport national du Sénégal, Dakar, 20 p.

Purvis A. & Hector A. (2000), “Getting the measure of biodiversity”, Nature, 405, pp. 212-219.

REDDA (1994), Compte rendu de l’atelier sur les indicateurs de développement durable en Afrique, Réseau pour l’environnement et le développement durable en Afrique.

Risse N. & Waaub J.-Ph. (1999), Étude de faisabilité sur l’établissement d’indicateurs de développement durable pour le Québec, Direction de l’éducation et de la promotion du développement durable du Ministère de l’Environnement du Québec, Québec, 90 p.

Saadou (1998), Inventaire des éléments constitutifs de la biodiversité végétale, Niamey, 134 p.

SCETAUROUTE (2000), Route Filingué-Tahoua : Rapport final d’étude d’impact sur l’environnement, Ministère de l’Équipement, des Infrastructures et des Transports, Niamey, 108 p.

Sperllerberg, I.F. (1998), “Ecological effects of roads and traffic : a literature review”, Global Ecology and biogeography letters, 7, pp. 317-334.

Tractebel (2000), Évaluation environnementale du projet d’amélioration de la mobilité urbaine à Dakar : rapport final, Conseil Exécutif des Transports Urbains de Dakar (CETUD), Dakar, 179 p.

UNEP (2002), Développement d’indicateurs dans le cadre du projet : Développement d’un cadre institutionnel et d’un réseau de données pour une évaluation intégrée et les rapports sur l’état de l’environnement en Afrique de l’Ouest (Projet Afrique de l’Ouest), United Nations Environment Programme (UNEP), 68 p.

Haut de page

Annexe

I. Grille d’évaluation des impacts de la variante (tronçon) Tahoua

II. Enjeux et indicateurs ayant servi de base au questionnaire

III. Structure de l’échantillon (NB “manquant” correspond aux gens qui n’ont pas répondu à la question)


IV. Codification des questions

V. Statistiques descriptives associées aux variables (médiane, écart-type)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Liste des études examinées.
URL http://belgeo.revues.org/docannexe/image/11298/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Tableau 2. Evaluation des ÉIE selon des critères de qualité.
URL http://belgeo.revues.org/docannexe/image/11298/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
URL http://belgeo.revues.org/docannexe/image/11298/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Tableau 4. Niveau de satisfaction des acteurs interviewés par rapport à la prise en compte des impacts de projets routiers sur les ressources forestières dans les éIE.
URL http://belgeo.revues.org/docannexe/image/11298/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Tableau 5. Fréquences des réponses selon le niveau de satisfaction.
Légende NB: pour la dénomination des variables, voir l’annexe 4.
URL http://belgeo.revues.org/docannexe/image/11298/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Tableau 6. Test de pourcentage (50,50): voir si satisfait et insatisfait sont 50,50 (= sont égaux ou sont également distribués) (H0).
URL http://belgeo.revues.org/docannexe/image/11298/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
URL http://belgeo.revues.org/docannexe/image/11298/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
URL http://belgeo.revues.org/docannexe/image/11298/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
URL http://belgeo.revues.org/docannexe/image/11298/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
URL http://belgeo.revues.org/docannexe/image/11298/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Djibo Boubacar et Jean-Philippe Waaub, « Études d’impacts de projets routiers et protection des ressources forestières en milieu de savane africaine : l’exemple du Niger », Belgeo, 2 | 2007, 227-243.

Référence électronique

Djibo Boubacar et Jean-Philippe Waaub, « Études d’impacts de projets routiers et protection des ressources forestières en milieu de savane africaine : l’exemple du Niger », Belgeo [En ligne], 2 | 2007, mis en ligne le 10 décembre 2013, consulté le 24 août 2017. URL : http://belgeo.revues.org/11298 ; DOI : 10.4000/belgeo.11298

Haut de page

Auteurs

Djibo Boubacar

Ph.D, Chercheur au Groupe d’études interdisciplinaires en géographie et en environnement régional (GEIGER), 2550, rue Bossuet, appt. 21. Montréal (Qc), Canada HIN 2S4, Boubacar.djibo@courrier.uqam.ca, boubacardjibo@yahoo.fr

Jean-Philippe Waaub

Professeur Titulaire, Département de géographie, Université de Québec à Montréal (UQAM), Groupe d’études interdisciplinaires en géographie et en environnement régional, Case postale 8888, succ. Centre ville, Montréal (Québec), Canada H3C 3P8, waaub.jp@uqam.ca

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Belgeo est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Fondation Universitaire/Universitaire Stichting
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique - FNRS
  • Logo National Comittee of Geography
  • Logo SRBG
  • Revues.org